Coronavirus
  20.11.2020, 14:00

Valais: le Conseil d’Etat prolonge les mesures de lutte contre le coronavirus

chargement
Les conseillers d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten, Christophe Darbellay et Frédéric Favre font le point sur les mesures anti-Covid appliquées en Valais.

Gestion de la pandémie La plupart des restrictions valaisannes pour faire face à la deuxième vague du Covid sont prolongées jusqu’au 13 décembre à minuit. Quelques allégements sont aussi prévus, notamment pour les messes et le sport.

Vendredi après-midi, le Conseil d’Etat valaisan annonce les changements qui vont intervenir dans les mesures cantonales mises en place pour lutter contre la deuxième vague de coronavirus.

Le président du gouvernement, Christophe Darbellay, et les conseillers d’Etat Esther Waeber-Kalbermatten et Frédéric Favre s’expriment lors d’une conférence de presse retransmise en direct depuis la salle du Grand Conseil. Cet événement est, pour la première fois, traduit en langue des signes.

Le Conseil d’Etat a décidé de prolonger jusqu’au 13 décembre à minuit la plupart des mesures déjà prises (prévues jusqu’à la fin novembre dans un premier temps).

Ce qui reste en vigueur

  • Les restaurants et les espaces de loisirs (cinémas, musées, piscines, etc.) restent donc fermés.
  • Les rassemblements restent limités à 10 personnes aussi bien dans l’espace privé que public.
  • Les sports de contact restent interdits, sauf pour les professionnels et dans le cadre d’entraînements individuels.

Au mieux, les restaurants pourront ouvrir le 14 décembre. Une nouvelle décision du Conseil d’Etat devra être prise d’ici là, en fonction de la situation sanitaire.

Ce qui change

Des assouplissements ont été décidés. Ils entrent en vigueur le 1er décembre.

  • Les messes pourront accueillir 50 fidèles, au lieu des 10 actuels
  • Les activités sportives des enfants, jusqu’à 16 ans, seront à nouveau autorisées, à l’exception des compétitions.
  • Les visites dans les EMS et dans les hôpitaux seront à nouveau autorisées. Les conditions seront établies par chaque établissement.

Soutien financier

Les entreprises qui ne peuvent plus travailler suite aux décisions du Conseil d’Etat, les restaurants et fitness notamment, peuvent demander une indeminité en faisant une demande en ligne sur le site internet de l’Etat du Valais.

Les premiers versements, partiels, seront effectués d’ici la fin du mois de novembre, promet Christophe Darbellay.

 

 

 

A lire aussi : Coronavirus: les rassemblements à plus de dix personnes sont interdits en Valais (les mesures du 21 octobre)


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PandémieLe coronavirus a provoqué plus de 400 morts en ValaisLe coronavirus a provoqué plus de 400 morts en Valais

CHIFFRES2020: 10% de décès de plus que la moyenne de 2014 à 2019 en Valais2020: 10% de décès de plus que la moyenne de 2014 à 2019 en Valais

Système sanitaireCoronavirus: sous pression, le système sanitaire valaisan risque d’opérer un «triage rampant»Coronavirus: sous pression, le système sanitaire valaisan risque d’opérer un «triage rampant»

Économie120 millions: la facture provisoire du coronavirus pour l’Etat du Valais120 millions: la facture provisoire du coronavirus pour l’Etat du Valais

CoronavirusCoronavirus: le Parlement valaisan veut un traitement de faveur pour la religionCoronavirus: le Parlement valaisan veut un traitement de faveur pour la religion

SantéHôpitaux valaisans: les nouvelles règles de visiteHôpitaux valaisans: les nouvelles règles de visite

TensionsLe Valais veut skier malgré un système de santé saturé: le point avec les responsablesLe Valais veut skier malgré un système de santé saturé: le point avec les responsables

Top