Travail: la pandémie a renforcé les inégalités entre les sexes

Les femmes sont les grandes perdantes de la pandémie, alors que les hommes ont profité d’une certaine amélioration des conditions de travail, dévoile un syndicat dans son baromètre annuel des conditions de travail.
26 oct. 2021, 11:41
/ Màj. le 26 oct. 2021 à 11:41
Durant la pandémie, le stress au travail a augmenté pour les femmes et les possibilités d'être déchargées ont diminué (illustration).

La pandémie de coronavirus a exacerbé les inégalités entre les sexes dans le monde du travail, dénonce mardi le syndicat Travail.Suisse. Pour les femmes, le stress au travail a augmenté et les possibilités d’être déchargées ont diminué.



Dans le même temps, on constate un manque de sensibilité à l’égard de l’égalité entre les sexes dans le monde du travail et les femmes sont confrontées à des obstacles majeurs à la progression de leur carrière dans un certain nombre de branches, ajoute le syndicat dans son «Baromètre des conditions de travail» 2021.

Les dispositions légales relatives à l’égalité salariale ne sont en outre mises en oeuvre que de manière hésitante. 

Stress plus élevé que jamais

Plus globalement, la pandémie a plutôt amélioré les conditions de travail. L’appréciation et la communication dans la gestion de la crise sont jugées bonnes, les mesures de protection de la santé sont convaincantes et la prolongation du chômage partiel ainsi que la reprise économique rapide véhiculent le sentiment de sécurité de l’emploi.

Le droit à la déconnexion

La charge de travail élevée, le stress et le manque de possibilités de développement restent toutefois critiques. Le stress sur le lieu de travail n’a jamais été aussi élevé. Près de 45% des salariés se sentent fréquemment stressés par leur travail.

Le syndicat exige par ailleurs une réglementation claire du télétravail. Il faut limiter le nombre de jours de «home office», limiter le nombre des heures de travail pour en garder le contrôle et garantir le droit à la déconnexion.