Coronavirus
 27.04.2020, 11:50

Premiers résultats d’une étude sur le Covid et les 65 ans et plus

chargement
39,2% des personnes sondées déclarent avoir découvert de nouveaux moyens pour rester en lien tant virtuellement (smartphone,...) que physiquement, via des discussions d’un jardin ou d’un balcon à l’autre.

sondage En moins d’une semaine, 2480 personnes de 65 ans et plus, issues de toute la Suisse romande, ont répondu à un questionnaire sur la façon dont la crise sanitaire les affecte.

L’étude sur l’effet de la pandémie de Covid-19 sur les personnes âgées de 65 ans et plus menée par la Haute école de travail social Fribourg (HETS-FR) rencontre un vif écho en Suisse romande. Les sondés voient des impacts négatifs et positifs dans la crise sanitaire.

Pas moins de 2480 réponses au questionnaire en ligne sont entrées en une semaine, a indiqué lundi la HETS-FR, dont l’étude s’intitule «Le vécu des personnes de 65 ans et plus au coeur du Covid-19». La démarche part du constat que bien qu’étant directement concernées par les mesures du Conseil fédéral, «leur voix est encore trop souvent absente des débats».

Près de deux personnes sur trois ont un contact social quotidien.
selon l’étude conduite par le professeur Christian Maggiori

Le questionnaire a été diffusé grâce avec l’appui de multiples acteurs dans les cantons de Fribourg, Genève, Jura, Neuchâtel, Vaud et Valais. Selon les premiers résultats, la plupart des sondés disent avoir des contacts très fréquents avec leurs familles et amis, via téléphone, lettres, sms ou courriels.

Près de deux personnes sur trois ont un contact social quotidien, détaille le communiqué. Elles sont aussi 39,2% à avoir découvert de nouveaux moyens pour rester en lien tant virtuellement, via smartphone, que physiquement, via des discussions d’un jardin ou d’un balcon à l’autre.

Contacts renoués

Un tiers (34,8%) indique avoir même renoué avec des personnes «perdues de vue», révèle l’étude conduite par le professeur Christian Maggiori. Tout n’est pas positif pour autant: 21,8% des personnes estiment que leurs échanges ont diminué.

Les aînés ont besoin d’aide pour leurs courses (54,1%) et, dans une moindre mesure, pour obtenir des informations sur la maladie ainsi que pour aller à la pharmacie. Les participants peuvent compter prioritairement sur leurs enfants, mais aussi sur leur partenaire et leurs voisins. L’aide est jugée suffisante à 96,8%.

Le regard posé sur eux

Sinon, 37,5% des sondés affirment ne pas avoir besoin d’aide. Plus d’une personne sur cinq a pris par ailleurs en charge de nouvelles tâches au quotidien (soins à la personne, préparation des repas). Un autre 20% environ apporte du soutien à d’autres.

En ce qui concerne le regard porté sur eux, les 65 ans et plus notent à 49,5% qu’il est devenu plus négatif, voire très négatif depuis la crise sanitaire. Ils sont 60,8% à estimer que les médias contribuent à alimenter le phénomène.

Question de l’âge

Trois personnes sur cinq ont le sentiment d’être traitées de manière différente et une sur cinq rapporte avoir été traitée injustement à cause de son âge. Près de 90% des participants relèvent que les mesures mises en place par les communes et les cantons pour les aider et les protéger sont largement suffisantes.

Les aînés s’informent principalement via la radio et la télévision. Ils mentionnent aussi les journaux. Le site internet de la Confédération, les amis et la famille ainsi que les réseaux sociaux sont moins cités dans les réponses de l’étude.

Les avis sont assez partagés quant aux impacts sur la relation entre les générations. Ainsi, 32,4% des sondés pensent que la crise aura un impact négatif (plus grande stigmatisation, mise à l’écart, perte de soutien affectif) sur les relations entre générations et 24,1% prévoient un effet positif.

Ici, les personnes citent l’entraide qui s’est développée et la plus grande attention à autrui. Un constat qui n’empêche pas plus du tiers des participants de ressentir un sentiment de solitude. Pour près d’une personne sur trois, ce sentiment s’est renforcé.

Moral affecté

Au-delà, 40,8% des sondés estiment que le Covid-19 a influencé négativement ou très négativement leur moral. Parmi les craintes figurent la santé d’un proche (90,2%) ou leur propre santé (68,9%). D’autres expriment aussi des peurs face au manque possible de moyens médicaux (respirateurs et médicaments).

Les participants s’inquiètent également qu’une priorité de traitement soit accordée aux plus jeunes. La peur de ne pas arriver à vaincre la pandémie (67,4%) ressort aussi. Le confinement suscite des réponses variées quant à sa durée encore supportable: 25% disent une à deux semaines au maximum.

Un cinquième des sondés pousse la limite à trois ou quatre semaines et un autre quart coche même la case un à trois mois. De nouveaux résultats seront présentés ultérieurement par la HETS-FR, afin notamment de tirer des enseignements en fonction des cantons de provenance.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 27 avrilCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 27 avril

GénérationsCoronavirus: les grands-parents peuvent à nouveau étreindre leurs petits-enfants, selon Daniel KochCoronavirus: les grands-parents peuvent à nouveau étreindre leurs petits-enfants, selon Daniel Koch

InfographieCoronavirus: les chiffres de la pandémie en Suisse et dans le mondeCoronavirus: les chiffres de la pandémie en Suisse et dans le monde

Top