Coronavirus
 26.05.2020, 05:30

Nicolas Troillet: «Nous ferons tout pour éviter de nouveaux foyers de coronavirus en Valais»

chargement
Le docteur Nicolas Troillet s'inquiète en voyant un certain relâchement de la vigilance.

Pandémie Le chef du service valaisan des maladies infectieuses fait le point sur l’état de la pandémie en Valais et reconnaît la difficulté de communiquer.

Nicolas Troillet, où en est-on aujourd’hui au niveau de la pandémie du Covid-19 en Valais? 

La semaine passée, nous avons enregistré cinq cas positifs pour 780 tests, soit un pourcentage inférieur à un. C’est une bonne nouvelle, mais ça ne veut évidemment pas dire que le virus a disparu. 

Cela signifie-t-il que le déconfinement se passe plutôt bien ou que le virus est saisonnier?

Cela signifie surtout que les mesures prises de semi-confinement ont eu un effet très positif avec une population qui les a respectées. On ne sait rien de la saisonnalité du virus et les effets réels du déconfinement sont à analyser après trois semaines, soit à la fin de celle-ci. Pour l’instant, oui, cela se passe plutôt bien.

Mais cette bonne nouvelle rend paradoxalement la communication plus compliquée. Comment dire que sur le plan sanitaire, cela va beaucoup mieux et qu’il faut toujours faire très attention?

C’est effectivement difficile à tenir ce discours, particulièrement auprès des jeunes. Peut-être faudrait-il autoriser certaines choses, mais avec des règles très claires. Cela permettrait de maintenir la confiance en ce qu’affirme l’autorité. Le pire serait que la population ne croit plus à la logique des décisions prises.

Cela me fait peur quand je vois des personnes qui ne respectent pas les mesures en vigueur.

 

Vous avez pu constater autour de vous que la distance de 2 mètres et le rassemblement d’au maximum cinq personnes ne sont plus toujours respectés…

Oui, notamment ce dimanche du côté de Champex et comme cela doit être le cas dans une grande partie de nos stations. Et je dois avouer que cela me fait un peu peur. Pour avoir vécu de près la crise sanitaire liée au Covid-19 avec notamment 30 personnes en soins intensifs et jusqu’à 20 hospitalisations par jour dans nos hôpitaux, je n’aimerais pas devoir la revivre une deuxième fois. Il faut donc vraiment respecter les deux règles de base: la distance sociale et l’hygiène des mains.

Comment éviter un nouveau foyer en Valais? 

En disant aux gens qui ont des symptômes de se faire tester très rapidement et de s’isoler. Le traçage doit ensuite se faire le plus rapidement possible pour couper la chaîne de contamination. Aujourd’hui, on est en Valais à une vingtaine de personnes en isolement et une septantaine en quarantaine. On pourrait être amené désormais à mettre en quarantaine une entreprise, un club sportif ou une autre entité pour éviter qu’un foyer reprenne dans une région spécifique.

Si l’on est à quinze cas à la fin de la semaine, vous vous inquiétez? 

Oui, nous analyserions d’où proviennent ces cas, s’il y a des liens entre eux. On peut se permettre d’avoir des «vaguelettes», mais pas de nouveaux foyers, car ensuite, tout peut de nouveau aller très vite, comme on l’a vu du côté de Mulhouse et de cet office religieux il y a deux mois avec des conséquences en Suisse, mais aussi en Valais.

Il y a deux mois, on parlait de pénurie de masques pour la population, aujourd’hui il est recommandé de le mettre si l’on se trouve à moins de 2 mètres d’une personne. Pourtant, dans les faits, une minorité le porte. C’est paradoxal, non?

Cela fait partie de cette difficulté à communiquer des bonnes nouvelles sanitaires en mettant toujours en garde la population, dans une société qui n’a pratiquement jamais porté un masque. Personnellement, je ne le porte que lorsque je ne peux pas rester à moins de 2 mètres d’une personne dans un lieu fermé comme un transport public. Si l’on veut être logique, cela concerne aussi les serveurs ou serveuses de restaurants qui devraient en porter un, par exemple.

Aujourd’hui, est venu aussi le temps de l’analyse et de la critique. Certains estiment que la Suisse est allée trop loin dans les mesures par rapport au nombre de victimes du Covid-19. Que leur répondez-vous? 

Que les cantons les plus touchés par le Covid-19 ont eu une surmortalité très claire durant ces deux derniers mois. On parle par exemple de 47% pour notre canton. Le Covid-19 est définitivement plus mortel que la grippe saisonnière et il a impressionné toutes les personnes qui l’ont côtoyé de près. Ensuite, je pense sincèrement que la Suisse a trouvé le juste milieu durant cette crise en faisant confiance en sa population. Après coup, il est plus facile de dire que l’on aurait pu faire moins. Si je prends l’hôpital, on aurait effectivement pu moins réduire les autres activités médicales de l’établissement, mais au moment où on l’a fait, avec les données en notre possession, c’était juste de prendre cette décision.

Allez-vous pouvoir dire en 2020 que le combat face au Covid-19 est gagné? 

Je ne le pense pas. On ne pourra le dire que lorsqu’il sera démontré qu’un vaccin permet une immunité durable et qu’il a pu être administré à tout le monde, ce qui n’est pas gagné d’avance.

 

«Je lis tous les jours le journal au café»

Parmi les différentes mesures prises, Nicolas Troillet estime que la recommandation de ne pas mettre à disposition le journal dans un restaurant ou un café ne joue vraisemblablement pas de rôle déterminant dans la propagation du virus par rapport aux autres mesures de précaution. 

«Il y a très peu de risque de contracter Covid-19 à travers le papier d’un journal ou d’un livre, d’autant plus si l’on respecte les recommandations en matière d’hygiène des mains.» 

A l’institut central où il travaille, les deux journaux cantonaux «Le Nouvelliste», et «Walliser Bote» n’ont d’ailleurs pas été retirés. «On a laissé un libre choix au sein de l’Hôpital du Valais. Personnellement, je les lis tous les matins. Ensuite, je me désinfecte simplement les mains.»
 

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SantéS’il échappe pour l’instant au coronavirus, le Valais se dit prêt à faire faceS’il échappe pour l’instant au coronavirus, le Valais se dit prêt à faire face

EpidémieCoronavirus: «On aura une vague de cas en Valais comme ailleurs»Coronavirus: «On aura une vague de cas en Valais comme ailleurs»

InfographieCoronavirus: les chiffres de la pandémie en Suisse et dans le mondeCoronavirus: les chiffres de la pandémie en Suisse et dans le monde

Top