Coronavirus

Les personnes handicapées mentales attendent impatiemment le vaccin

chargement

Santé A ce jour, seuls quelques résidents ont pu se faire vacciner dans les institutions accueillant des personnes avec déficience intellectuelle. A la FOVAHM, cette étape est vivement souhaitée car, depuis un an, les quarantaines se multiplient et pèsent sur le moral des pensionnaires.

 12.04.2021, 12:00
Lecture: 7min
Premium
Micheline Nançoz (71 ans), résidente du foyer de la FOVAHM à Saxon, ne cesse de pleurer lorsqu'elle raconte les nombreuses quarantaines qu'elle a dû subir depuis un an. «J'en ai marre.»

«Je n’ai plus envie de rester dans ma chambre. C’est trop dur. J’en ai marre», confie, les larmes aux yeux, Micheline Nançoz (71 ans), l’une des résidentes de la Fondation valaisanne en faveur des personnes handicapées mentales (FOVAHM) à Saxon. Comme elle, des dizaines de pensionnaires de la structure ont dû rester confinés à plusieurs reprises depuis l’arrivée du coronavirus,...

À lire aussi...

SocialCoronavirus: les institutions pour personnes handicapées mentales ayant fermé leurs ateliers, les parents ont repris leurs enfants à la maisonCoronavirus: les institutions pour personnes handicapées mentales ayant fermé leurs ateliers, les parents ont repris leurs enfants à la maison

HANDICAPPrès de quarante jeunes de la FOVAHM sont intégrés individuellement dans les entreprises (3/5)Près de quarante jeunes de la FOVAHM sont intégrés individuellement dans les entreprises (3/5)

HandicapL'Etat du Valais injecte 10 millions pour la FOVAHML'Etat du Valais injecte 10 millions pour la FOVAHM

Top