Les messes valaisannes se réinventent pour célébrer Noël quand même

Les messes de Noël seront un peu différentes, mais elles seront là. Comment les paroisses s’organisent-elles pour les adapter aux mesures sanitaires? On fait le point.
23 déc. 2020, 16:26
/ Màj. le 23 déc. 2020 à 16:57
Malgré des mesures sanitaires strictes, les célébrations de Noël peuvent avoir lieu.

Pas de chorale, pas plus de cinquante personnes, des masques, du désinfectant. Présentées comme cela, on pourrait se dire que les messes de Noël n’auront pas l’allure des grandes fêtes. Et pourtant. Pour s’adapter aux mesures sanitaires et offrir des rassemblements différents mais pas moins précieux pour les croyants, les paroisses catholiques valaisannes font preuve de créativité.

Organiser plus de messes

Tout d’abord, elles ont multiplié le nombre de célébrations pour que le maximum de personnes intéressées puissent venir. Soit en les répartissant entre les 24 et 25 décembre, soit en les dédoublant, comme c’est le cas à Monthey. Le curé Willy Kenda présente: «Alors que les célébrations du 24 à minuit et du 25 au matin auront lieu dans l’église, deux autres se dérouleront en même temps dans notre grande salle paroissiale.»

S’il y a trop de monde, on allumera des haut-parleurs pour que les gens puissent suivre la messe depuis dehors.
Willy Kenda, curé des paroisses de Monthey et Choëx

Des inscriptions ou du comptage

Chaque paroisse a aussi choisi comment elle allait «gérer la jauge» de fidèles. A la cathédrale de Sion, on s’est tourné vers le comptage à l’entrée pour toutes les messes, sauf celle de minuit. A Monthey aussi, les participants seront accueillis sur place et orientés soit vers l’église, soit vers la salle paroissiale. «S’il y a trop monde, on allumera des haut-parleurs pour que les gens puissent suivre la messe depuis dehors.»

Ailleurs, on a opté pour un système d’inscriptions préalables. Pierre-Yves Pralong, curé des paroisses de Saint-Séverin/Plan-Conthey, explique ce choix: «Cela simplifie la gestion, nous assure d’avoir un œil sur le bon nombre et évite de devoir annoncer à des gens, à l’entrée, qu’ils ne peuvent pas venir.» A Fully, le curé Robert Zuber anticipait une participation nombreuse. Et les inscriptions lui ont donné raison: «Tout est parti très vite, nous sommes complets sur les sept messes.»

L’évêque du diocèse de Sion, Jean-Marie Lovey, a publié sur YouTube un message pour Noël:


Garder les chants de Noël, autrement

La musique traditionnelle des célébrations de Noël est elle aussi toute chamboulée par la situation sanitaire. La règle interdit le chant choral et n’autorise que la présence des solistes tenus à distance. Pas de quoi supprimer les airs de Noël pour autant, ceux-ci faisant partie des attentes des fidèles. Ils seront tantôt entonnés par des solistes, tantôt interprétés sur CD ou par un orgue.

Enfin, le chant est aussi proscrit dans les rangs des églises. Pour éviter que les gens ne soient trop tentés d’attaquer un refrain incognito, la paroisse de Monthey a trouvé une parade: «Nous allons jouer une messe en latin, difficile à connaître et à chanter», avoue Willy Kenda en riant.

Je souhaite que ce Noël puisse être une fête de joie, de paix et de confiance.
Pierre-Yves Maillard, vicaire général du diocèse de Sion

A quelques heures d’entamer ce temps tout particulier, les curés regrettent évidemment les Noëls «normaux», mais se réjouissent malgré tout. «C’est une joie que de pouvoir célébrer cinq fois la naissance du Christ», lance Pierre-Yves Pralong. Le vicaire général du diocèse de Sion, Pierre-Yves Maillard, souhaite que «ce Noël puisse être une fête de joie, de paix et de confiance».

La messe de minuit en direct

La grande messe de minuit de la cathédrale de Sion, d’ordinaire très fréquentée, doit elle aussi se réinventer. Les inscriptions des cinquante personnes ont été faites sur invitation. «Traditionnellement, il y a toujours des invités dans cette célébration. Ceux-ci font notamment partie des autorités communales et bourgeoisiales», précise Pierre-Yves Maillard. Toutefois, tous ceux qui le souhaitent pourront tout de même suivre la messe depuis leur salon. La célébration sera en effet diffusée en direct sur Canal 9. «Même si elle ne remplace pas la participation à une célébration paroissiale, une telle retransmission permet cependant de vivre une vraie communion dans la prière, même à distance», appuie le vicaire général. La messe de minuit sera également disponible sur le site de Canal 9 le lendemain et rediffusée. 
 
par Agathe Seppey