Coronavirus
 29.04.2020, 05:30

«Le yogourt moisit-il dans le frigo à minuit?»: le commentaire d’Olivier Hugon

chargement
Olivier Hugon, membre de la rédaction en chef du Nouvelliste.
Commentaire

La responsabilité individuelle est le prix à payer de la liberté. L’une ne va pas sans l’autre. Quand on nous prive de liberté, on diminue le poids de notre responsabilité. Quand Daniel Koch nous dit ce qu’on ne doit pas faire, on l’écoute. Il y a un côté réconfortant. On obéit bien sagement. Mais quand ce même Daniel Koch dit aux grands-parents qu’ils peuvent choisir de faire ou pas des câlins à leurs petits-enfants de moins de 10 ans, la machine se grippe. On retrouve une petite part de liberté, on nous redonne le choix et on crie au scandale. On voudrait que l’Etat intervienne dans notre sphère la plus intime: la famille.

«C’est quoi l’âge limite? 9 ans et 364 jours?» «Le yogourt moisit-il dans le frigo à minuit?» «Il faut préciser», lit-on un peu partout. J’ai bien écouté Daniel Koch. Il a dit et redit ce qu’il assène depuis une quinzaine de jours: les enfants ne sont pratiquement pas contaminés et pratiquement pas contagieux.

A lire aussi : Coronavirus: quelques visites mais pas encore de câlins, des grands-parents valaisans nous racontent leur semi-confinement

Et cette incertitude du «pratiquement pas» nous perturbe. Dans un monde où tout est contrôlé, mesuré, planifié, le «pratiquement» n’a pas sa place. C’est pourtant lui qui est notre espace de liberté, notre terrain de jeu pour exercer notre responsabilité individuelle. Une mamie qui va prendre dans ses bras sa petite-fille ne mettra en danger qu’elle-même. Et ce danger est extrêmement limité. Lundi, à la réouverture de nombreux magasins en Valais, des milliers de personnes à risque ont pris…le risque – plus important d’un point de vue sanitaire – d’aller se refaire une couleur chez leur coiffeuse préférée ou de faire la queue au brico du coin pour acheter trois géraniums. Elles étaient libres de le faire. 

Les mesures suisses de lutte contre le Coronavirus sont essentiellement basées sur des recommandations: les mains, la distance, le semi-confinement… Ça marche. Il y a quelques interdictions, mais l’essentiel du dispositif est construit sur le sens des responsabilités de chacun. Et il n’en va pas autrement des câlins avec les mamies et les papys: personne ne pouvait les en priver jusqu’ici. On leur a juste dit qu’il valait mieux ne pas le faire. Lundi, on leur a dit qu’ils ne risquaient pratiquement rien. Mettez dans la balance le poids d’un câlin et celui du risque que vous encourez. Et choisissez!


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 26 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 26 octobre

CouacCoronavirus: un bug informatique provoque l’envoi de faux résultats négatifs en ValaisCoronavirus: un bug informatique provoque l’envoi de faux résultats négatifs en Valais

PandémieCoronavirus: le Valais atteint un record d'hospitalisationsCoronavirus: le Valais atteint un record d'hospitalisations

PandémieCoronavirus: l’Hôpital du Valais et les EMS en situation d’urgenceCoronavirus: l’Hôpital du Valais et les EMS en situation d’urgence

Amateurs et professionnelsCovid-19: quels sports peuvent être pratiqués? Quelles disciplines sont à l’arrêt en Valais?Covid-19: quels sports peuvent être pratiqués? Quelles disciplines sont à l’arrêt en Valais?

Top