Coronavirus
 15.05.2020, 19:00

Le selfie d’Eric Berguerand: «C’est comme une Foire du Valais sans public…»

chargement
Eric Berguerand, sextuple champion de Suisse de la montagne.

En pause, vraiment? Chaque jour, un sportif valaisan susceptible de disputer une compétition majeure ces prochains mois nous raconte ses journées, ses possibilités d’entraînement et pose son regard sur le sport et la situation actuelle liée au coronavirus. Place aujourd’hui au sextuple champion de suisse de la montagne, le Martignerain Eric Berguerand.

C’est fini. Terminé. Bâché. Le championnat de Suisse de la montagne n’aura pas lieu. Alors qu’il restait encore un infime espoir de disputer une épreuve mi-septembre, le couperet est tombé lundi soir. Dernière manche au programme du championnat national, la course de côte de Gurnigel a à son tour été biffée du calendrier.

A lire aussi: Eric Berguerand, sextuple champion suisse de course de côte: l’expérience pour essence

On va donc devoir patienter jusqu’en 2021 pour remonter dans nos voitures de course. Mais vous savez, il y a bien plus grave dans la vie que de ne pas pouvoir rouler.

En ce qui me concerne, j'étais prêt pour la saison. J’avais  déjà pris la licence avant que les premières restrictions liées au Coronavirus tombent. Cette licence suisse et internationale, dans laquelle figurait également une grosse couverture, m’a coûté mille francs. Cet argent n’est pas jeté à la poubelle pour autant.

La plupart des courses en Suisse sont sponsorisées par des entreprises locales. Des entreprises qui se sont retrouvées face à des difficultés financières. Cela allait forcément se répercuter sur les compétitions.

Non seulement parce que je ne l’ai pas utilisée, mais aussi parce qu’on vit quand même une situation extraordinaire. Si les responsables du championnat font preuve de compréhension, ils devraient me la rembourser. Ou me permettre de la garder pour la saison prochaine. Du moins je l’espère. Cela fait quand même passablement d’années que je paie cette licence. Sinon, je peux vous garantir que ça va mal se passer. Quand je m’énerve, je m’énerve. Peu importe qui se trouve devant moi. Je plaisante évidemment. Mais j’espère effectivement ne pas avoir perdu ces mille francs.

Je ne me faisais pas trop d’illusions sur la tenue du championnat. La plupart des courses en Suisse sont sponsorisées par des entreprises locales. Des entreprises qui se sont retrouvées face à des difficultés financières. Cela allait forcément se répercuter sur les compétitions. Et franchement, je ne vois pas comment on aurait pu mettre sur pied toutes ces courses sans public. Ça n’a pas de sens. Les courses vivent grâce aux spectateurs. C’est comme une Foire du Valais sans public: les stands sans consommateurs ne rapportent rien. 

A lire aussi: Le selfie de Ramon Zenhäusern: «J’ai eu du temps pour me reposer»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

TraditionsCoronavirus: malgré le confinement, le cœur des fanfares valaisannes n’a jamais cessé de battreCoronavirus: malgré le confinement, le cœur des fanfares valaisannes n’a jamais cessé de battre

RepriseFC Sion: une place à sauver en Super League et une coupe à reconquérir à huis closFC Sion: une place à sauver en Super League et une coupe à reconquérir à huis clos

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 29 maiCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 29 mai

PandémieCoronavirus: Donald Trump met fin à la relation des Etats-Unis avec l’OMSCoronavirus: Donald Trump met fin à la relation des Etats-Unis avec l’OMS

En pause, vraiment?Le selfie d’Eric Berguerand: «Les courses, ce n’est qu’un hobby…»Le selfie d’Eric Berguerand: «Les courses, ce n’est qu’un hobby…»

Top