La justice valaisanne va tourner au ralenti

Le Tribunal cantonal valaisan a pris des mesures préventives contre le coronavirus. Des reports de procès sont prévus. Les avocats sont aussi touchés.
16 mars 2020, 16:43
/ Màj. le 18 mars 2020 à 15:13
Des procès vont être reportés par précaution en Valais à cause du coronavirus.

Des procès vont être reportés par précaution en Valais à cause du coronavirus. Alors que le Tribunal cantonal vaudois indiquait lundi matin que chez nos voisins toutes les audiences pénales sans détenu sont annulées jusqu’au 27 mars 2020 y compris, la justice valaisanne va aussi prendre des mesures. Les audiences non urgentes sont annulées pour les deux prochaines semaines.

Les audiences concernant les situations de crise en droit de la famille (mesures provisionnelles), les placements à des fins d’assistance (par exemple en hôpital psychiatrique), ainsi que les audiences pénales concernant des personnes en détention sont a priori urgentes. Les audiences pénales seront tenues sous huis clos partiel. L’accès sera limité aux personnes convoquées et aux journalistes.

Au Ministère public, le procureur général Nicolas Dubuis a aussi pris toute une série de mesures et demande au public d’éviter de se présenter aux guichets et d’utiliser la Poste et le téléphone. «Les séances sont renvoyées, hormis celles estimées urgentes, soit en principe, lorsque des détenus sont concernés.»

Avocats concernés

Par ailleurs, le Conseil de l’Ordre des avocats valaisans, qui a interpellé les tribunaux au sujet du coronavirus, a décidé, comme dans le canton de Vaud, de suspendre la tenue des permanences juridiques offertes au public dès ce jour et jusqu’à nouvel avis. «Cette situation est liée à la volonté de se conformer aux prescriptions fédérales et cantonales émises relativement à la pandémie de coronavirus, les permanences mettant en présence un trop grand nombre de personnes dans un espace restreint», indique le bâtonnier de l’Ordre.

Le Montheysan Olivier Derivaz indique par ailleurs que les avocats sont aussi touchés par la pandémie, même s’ils continuent de travailler. «La société travaille au ralenti de manière générale et les études d’avocats ne font pas exception.» La maladie ou encore le souci de garde d’enfant pour le personnel des études sont évoqués.

A lire aussi : Dois-je craindre le coronavirus? Faut-il rester chez soi?

par Gilles Berreau