Coronavirus
 29.03.2020, 12:00

La fête aux balcons pour faire la nique au coronavirus peine à emballer en Valais

chargement
Fabian Claivaz, directeur Martigny Tourisme et sa fille.Marie se sont retrouvés bien seuls samedi vers 18 heures au moment de répondre à l'invitation de Couleur 3.

Animation Invités par Couleur 3 à faire «la fête aux balcons», les Martignerains n’ont pas été nombreux à mettre le nez à la fenêtre.

«Les Valaisans sont peut-être plus fanfarons que branchés funk ou pop». Fabian Claivaz et sa fille Marie se sont retrouvés bien seuls samedi en fin de journée sur leur balcon qui surplombe la Place centrale de Martigny. «Quand j’ai découvert le concept lancé sur la page Facebook de Couleur 3, j’ai trouvé l’idée géniale pour faire la nique à la morosité.»

A lire aussi: Coronavirus: une «fête aux balcons» s’organise dans toute la Suisse romande

Rendez-vous samedi prochain pour rattraper le coup

Fabian a donc immédiatement confirmé sa participation sur les réseaux sociaux à cette performance née d’une collaboration entre le collectif et média en ligne genevois «Kalvin station» et Couleur 3. «Organisée sur Facebook un peu partout en Suisse romande, la soirée baptisée «la fête aux balcons» veut redonner du baume au cœur à toutes et tous en cette période d’isolement. Il suffit d’allumer Couleur 3 pour danser sur son balcon..»

Le concept résumé par Costa Perrig a donc conquis le directeur de l’Office du tourisme, mais visiblement pas ses voisins. «C’est dommage. Mais j’ai tout de même eu un réel plaisir à participer et je pense renouveler la compresse samedi prochain en espérant que d’autres habitants de la Place centrale rejoignent le mouvement. Histoire d’assurer un effet stéréo. D’autant plus que la musique est excellente et plutôt bien variée avec des standards des Rolling Stone comme de superbes découvertes.

Surpris en bien par la musique

Ce dernier samedi, la programmation était signée Cee-Roo, un artiste romand qui a choisi de privilégier un style disco/funk. C’est en partant de constant que beaucoup d’artistes sortent désormais sur leurs balcons pour performer et diffuser musiques dans les rues en signe de solidarité mais que cette musique n’est pas toujours en harmonie, que Costa Perrig et ses potes ont imaginé organiser ces «fêtes aux balcons. «Nous avons donc réfléchi à la manière dont nous pouvions synchroniser la musique de chaque balcon. Et l’idée est venue de brancher tout le monde sur la même fréquence!» Le collectif Kalvin station se charge donc de gérer la programmation musicale. Le but étant de mettre en avant des artistes romands mais tout en proposant le panel le plus large et accessible possible. «Le style musical restera des classiques empruntés au funk, au disco et à la musique française.»

Un concept «qui a surpris en bien» les trop rares Valaisans qui l’ont découvert ce dernier samedi. A l’image de Caroline Gavillet et son fils Tom sortis sur leur terrasse d’abord par curiosité puis «pour bouger sur les rythmes entraînants de Couleur 3». Dommage que dans ce quartier des Près-de la-Scie aussi, les autres résidents qui ont mis le nez dehors l’ont juste fait pour savoir d’où provenait cette musique pas pour faire la fête

Caroline et son fils Tom ont rejoint leur terrasse de Martigny d’abord par curiosité, puis pour bouger sur les rythmes de Couleur 3. Héloïse Maret

 

C’est également pour prendre la température que Daniel et Françoise Rouge sont sortis sur leur balcon des Perits-Epineys. «On le fait régulièrement pour applaudir et encourager le personnel de santé. Avec cette animation de Couleur 3 qui dure deux bonnes heures, c’est forcément plus long que l’interprétation de Marignan.» Peut-être même un peu trop long pour inciter plus de Valaisans à faire la fête à leurs balcons.

Daniel et Françoise sont sortis sur leur balcon pour voir ce que donnait l’animation de Couleur 3. Comme ils le font régulièrement pour rendre hommage au personnel soignant. Héloïse Maret.

 

A lire aussi: Coronavirus: les musiciens valaisans entament un «Marignan» géant Fêta

 

L’INFO SOLIDAIRE

Dans la situation sanitaire hors normes que nous vivons, la rédaction du «Nouvelliste» se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise. Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 23 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 23 octobre

PandémieCoronavirus: le bilan s’alourdit fortement en ValaisCoronavirus: le bilan s’alourdit fortement en Valais

CriseEconomie: les entreprises suisses mieux préparées mais vulnérables face à la 2e vagueEconomie: les entreprises suisses mieux préparées mais vulnérables face à la 2e vague

ProtectionCoronavirus: l’USS demande une protection pour les salariés en télétravailCoronavirus: l’USS demande une protection pour les salariés en télétravail

En difficultéCoronavirus: le tourisme ne se remettra pas de la crise avant 2023Coronavirus: le tourisme ne se remettra pas de la crise avant 2023

Top