Coronavirus
 04.06.2020, 15:30

Coronavirus: un soutien «si loin, si proche»

chargement
A Vollèges, les Rapin ont participé en famille à la version «Si loin, si proche» de la Montheysanne. Avec - c'est inédit cette année - un homme dans les rangs!

La belle histoire du jour La Montheysanne ne se courra pas le 23 août. Mais d’ici là, chacun peut quand même soutenir, librement et baskets aux pieds, les femmes souffrant d’un cancer.

Le départ ne sera pas donné le 23 août, la faute à la crise sanitaire. Mais si la course «classique» est annulée, la Montheysanne aura lieu. Autrement. «Pour moi, il était inimaginable qu’on ait une année blanche, surtout dans cette période où le virus prend une telle place!», insiste Magaly Lambert.

La présidente de l’association qui soutient les femmes atteintes par un cancer refuse de voir leurs souffrances occultées par la pandémie: «Luttant contre de lourdes pathologies, elles doivent quand même se faire soigner en hôpital, affronter ce climat anxiogène. Nous avons voulu faire quelque chose pour les soutenir, malgré tout.»

En famille à Vollèges

Ainsi est né «Si loin, si proche». Le concept? Les personnes désireuses de témoigner leur solidarité sont invitées à s’inscrire via le site de la Montheysanne et à courir, marcher ou pratiquer du nordic walking librement, jusqu’au 23 août. «Chacun peut le faire à sa façon. Si les participants nous font parvenir des images et/ou vidéos, nous les compilerons en film souvenir.»

A Vollèges, l’idée a séduit la famille Rapin. «J’ai déjà vécu d’autres éditions. Quand j’ai vu le concept de cette année, je me suis dit: pourquoi pas? C’est sympa de participer en famille et l’important n’est pas le nombre de kilomètres effectués mais la symbolique, pour montrer qu’on reste solidaire», relève Emilie, qui s’est lancée pour l’occasion dans un tour de village avec sa maman, deux de ses sœurs et… son copain.

Ouverte aux hommes

Une première, puisque la Montheysanne se veut d’ordinaire 100% féminine. Parmi les quelque 280 participants actuels, on trouve 10% de représentants du sexe fort. Yves Ecoeur a ainsi mouillé le maillot entre Champéry et le lac d’Antème, «environ 10 kilomètres, pour soutenir la cause. Il y a une belle énergie au sein de l’équipe organisatrice», souligne celui qui s’était jusqu’ici cantonné à encourager les coureuses.

«Depuis les débuts, les hommes se sont impliqués dans la Montheysanne, en tant qu’accompagnants ou bénévoles. Cette année, ils ont l’occasion de nous aider autrement. A mes yeux, cela fait sens», apprécie Magaly Lambert, tout en assurant que cette version mixte restera une exception.

La présidente espère franchir la barre des 500 coureur(se)s. «Les sous récoltés nous aideront à financer nos ateliers (ndlr. ils devraient reprendre en septembre). Mais le plus important, c’est qu’on parle de l’association, des femmes qu’elle soutient. Qu’elles sentent qu’on ne les oublie pas.»


Infos sur www.lamontheysanne.ch ou sur la page Facebook.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

La belle histoire du jourCoronavirus: des docteurs Rêves réalisent des capsules vidéoCoronavirus: des docteurs Rêves réalisent des capsules vidéo

La belle histoire du jourCoronavirus: le vin au secours de la gastronomieCoronavirus: le vin au secours de la gastronomie

La belle histoire du jourCoronavirus: pizzas et sport font bon ménage à SierreCoronavirus: pizzas et sport font bon ménage à Sierre

Top