Coronavirus
 11.05.2020, 12:00

Coronavirus: un Eddy Baillifard sans raclettes, sans restos et sans bisous, c’est un Eddy qui sourit malgré tout

Premium
chargement
Eddy Baillifard décide de semer des sourires même si la crise n'épargne pas ses activités favorites.

Confessions Il aurait dû être partout ce printemps. A racler, plaisanter, serrer des mains, représenter le Valais. Le coronavirus lui a confisqué ses amours. Eddy Baillifard refuse de lui céder sa bonne humeur.

Dans le monde de l’inimaginable avant le Coronavirus, il y a Eddy Baillifard qui ne racle pas. Un amoureux des gens et des reines qui ne va pas à la finale nationale de la race d’Hérens. Il y a un homme privé de son restaurant, de festivals, de mariages, d’événements sociaux et sportifs. De rencontres où porter fièrement sa...

À lire aussi...

En imagesCoronavirus: en Valais, les confinés se livrent au balconCoronavirus: en Valais, les confinés se livrent au balcon

TraditionsCoronavirus: sans finale à Aproz, les mamans passionnées de race d’Hérens seront les reines de ce dimancheCoronavirus: sans finale à Aproz, les mamans passionnées de race d’Hérens seront les reines de ce dimanche

Visite guidéePour Eddy Baillifard, le raclette, il faut le raconter de A à ZPour Eddy Baillifard, le raclette, il faut le raconter de A à Z

Top