Coronavirus
 22.03.2020, 18:59

Coronavirus: les Valaisans respectent-ils la nouvelle interdiction de rassemblement?

chargement
D'ordinaire, les Iles de Sion auraient été bondées un samedi printanier. Ce 21 mars, l'ambiance était très calme.

pandémie Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits depuis vendredi. Les Valaisans appliquent-ils la nouvelle mesure? Coup de sonde aux Iles de Sion, un lieu d’ordinaire très prisé durant les belles journées.

Il est 13 h 15, ce samedi. Le printemps, qui renaît sur le calendrier, se dore la pilule à l’extérieur. Il doit bien faire 20 degrés. Aux Iles de Sion, tout semble pourtant avoir été mis sur pause. Il y a le chant des oiseaux, celui du vent et des eaux qui claquent le rivage. Mais les humains, eux, se font discrets. Depuis le jour d’avant, le 20 mars, les Suisses ont l’interdiction de se réunir à plus de cinq personnes, sous peine de s’exposer à une amende.

Pas de groupes de six à l’horizon

En temps normal, épargné par la pandémie, un samedi aux allures de celui-ci verrait des Iles de Sion bondées de familles, de pique-niqueurs, de sportifs et de flâneurs. Là, le parking est quasiment vide. Les gens que nous croisons sont assis tantôt seuls, tantôt par deux ou trois. Ils sont aussi à vélo, ou en balade.

Si la distance de deux mètres entre les personnes, édictée par la Confédération, n’est pas de mise partout, nous ne croisons aucun groupe de cinq personnes ou plus. Et les petites grappes humaines semblent plutôt correspondre aux foyers familiaux ou amoureux des maisons.

Rester en famille, même dehors

A trois sur un banc, une famille de Conthey nous explique avoir vraiment réalisé l’importance des mesures sanitaires: «Nous restons entre nous et sortons uniquement pour prendre l’air. Nous sommes Italiens et avons vu ce qui se passe là-bas. Ça fait peur.»

Une prise de conscience?

Plus loin, Danièle et Jean-Marc, la soixantaine «mais tout juste pas considérés comme des personnes à risque», profitent des rayons du soleil sur leurs chaises longues. Puisqu’ils «partagent leur couette», ils sortent se promener les deux, mais ne voient plus ni amis ni famille. «Nous avons tout tracé sur le calendrier. Les repas, les activités bénévoles. Ça fait drôle. Nous redécouvrons des choses oubliées depuis longtemps, nous prenons le temps. Une scène comme celle d’aujourd’hui restera dans nos mémoires.»

A lire aussi: A lire aussi: Respect des normes: la police a dénoncé 17 cas à la justice et délivré 28 amendes d’ordre.

La prise de conscience semble avoir fait du chemin depuis la montée en puissance des mesures sanitaires. Et la police valaisanne, elle, est en force sur le terrain pour les faire respecter.

L’INFO SOLIDAIRE

Dans la situation sanitaire hors norme que nous vivons, la rédaction du «Nouvelliste» se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise.
Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Pas plus que 5!Coronavirus: la police valaisanne sera attentive aux rassemblementsCoronavirus: la police valaisanne sera attentive aux rassemblements

PandémieValais: la police dénonce trois infractions aux mesures prises contre le coronavirusValais: la police dénonce trois infractions aux mesures prises contre le coronavirus

Top