Coronavirus: les remontées mécaniques en difficulté malgré les vacances de février

Découragés par les mesures, les vacanciers n'ont pas autant profité des offres d'hiver que d'habitude. Les entrées de février dans les stations suisses ont diminué de près de 20% par rapport à 2019.
05 mars 2021, 11:31
/ Màj. le 05 mars 2021 à 11:31
L'absence des hôtes d'autres pays continue de peser sur certaines régions.

La crise du coronavirus continue de faire souffrir les remontées mécaniques, alerte leur organisation faîtière RMS vendredi. Malgré les vacances de ski, les chiffres restent en dessous de ceux de l’année passée.

A lire aussi : Remontées mécaniques: baisse d’un tiers du chiffre d’affaires, les stations de Suisse centrale les plus touchées

Les valeurs cumulées à la fin du mois de février sont légèrement meilleures qu’en janvier. Mais les régions continuent d’enregistrer une évolution négative par rapport à 2019. Selon un communiqué des Remontées Mécaniques Suisses (RMS), les entrées ont diminué de presque 21% par rapport à l’année dernière. Quant au chiffre d’affaires, il a diminué en moyenne de 24,3%.

«Les vacances de ski, qui tombaient au mois de février dans de nombreuses régions cette année, n’ont pas pu freiner de manière significative la nouvelle baisse des réservations», regrettent les RMS.

Restrictions

«En février, les vacanciers n’ont pas autant profité qu’à l’accoutumée des offres d’hiver», poursuit le communiqué. Une situation qualifiée de «particulièrement amère» par les RMS. L’organisation rappelle que les remontées mécaniques «génèrent près de la moitié de leurs chiffres d’affaires hivernaux pendant les vacances de ski».

En février, les vacanciers n’ont pas autant profité qu’à l’accoutumée des offres d’hiver.
Les remontées mécaniques suisses, dans un communiqué

La fermeture des restaurants, y compris des terrasses, les restrictions dans le secteur de l’hébergement et la réduction des capacités dans les véhicules, ont découragé les visiteurs de se rendre à la montagne, selon le communiqué. L’absence des hôtes étrangers continue de peser sur certaines régions.