Coronavirus
 22.03.2020, 16:44

Coronavirus: les médecins du val de Bagnes demandent au gouvernement de mettre Verbier en quarantaine

chargement
Les médecins bagnards sont inquiets et considèrent Verbier comme un foyer important de Covid-19.

Inquiétude Les médecins du val de Bagnes tirent la sonnette d’alarme. Verbier serait un foyer majeur de cas de Covid-19. Pour éviter «une catastrophe», ils implorent les autorités de prononcer une quarantaine sur la station, voire sur toute la vallée.

«Il faut à tout prix faire un vase clos, pour protéger le Valais et le pays. Sinon, ce ne sera plus l’Italie qui fera la une des journaux. Ce sera la Suisse.» Sabine Popescu ne mâche pas ses mots. Pour cette doctoresse de Verbier, l’heure est très grave. Comme elle, les médecins de la station et ceux de la Maison de la santé de Sembrancher montent au créneau et assènent: Verbier est un foyer majeur de cas de Covid-19.

Les cas positifs, la «pointe de l’iceberg»

«Avec les derniers résultats qui doivent tomber, nous atteindrons très probablement une soixantaine de tests positifs pour la région», illustre Sabine Popescu. Quand on sait que seules les personnes à risque passent par le frottis, ces cas positifs ne seraient que la «pointe de l’iceberg».

«Nous avons eu par exemple un chalet où une personne était officiellement positive, mais sept autres habitants étaient aussi malades», ajoute la doctoresse.

Il faut à tout prix faire un vase clos. Sinon, ce ne sera plus l’Italie qui fera la une des journaux. Ce sera la Suisse.
Sabine Popescu, doctoresse à Verbier

Corinne Cohen, médecin généraliste à Sembrancher, martèle aussi: «Une quantité phénoménale de personnes de la vallée présentent des symptômes typiques du Covid-19.»

Stopper le «mélange hautement explosif»

Pour éviter «une catastrophe», le corps médical supplie le gouvernement valaisan de mettre toute la station, voire tout le val de Bagnes, en quarantaine. «Nous n’avons plus le choix. Chaque jour écoulé est un jour de trop», déplore Sabine Popescu.

Une quarantaine mettrait fin aux mouvements des travailleurs ou des résidents entre la station et la plaine. «Un mélange des populations est hautement explosif. Il en va du respect de la vie des gens», signale Jean-Pierre Deslarzes.

Nous avons déjà pris des mesures drastiques pour tenir compte de l’évaluation des médecins.
Eloi Rossier, président de la commune de Bagnes

Le gouvernement alerté

L’ancien médecin, consultant médical auprès de la commune de Bagnes, a tenu séance avec l’état-major de crise de Bagnes et Vollèges vendredi. Dans la journée, deux e-mails faisant état de l’évaluation du corps médical ont été envoyés au gouvernement valaisan.

L’un d’eux a directement été relayé par Eloi Rossier. Le président de Bagnes est clair: «La commune exécutera la décision du canton. Entre-temps, nous avons pris des mesures drastiques pour tenir compte de l’évaluation des médecins.»

Vendredi soir, l’état-major communiquait en effet la suppression de tous les bus urbains de Verbier. Les propriétaires de résidences ont aussi été appelés à ne pas monter en station.

A lire aussi: Coronavirus: les bus urbains sont supprimés à Verbier

La quarantaine ne se prononce pas pour une région

Ce dimanche, Esther Waeber-Kalbermatten a répondu aux médecins et aux autorités. «Une quarantaine peut être prononcée par le canton. Mais elle concernerait des personnes et non pas des localités ou des régions entières. On peut par exemple mettre tous les clients et le personnel d’un hôtel sous quarantaine, pas une station», illustre la ministre cantonale de la santé. 

Le confinement de toute une région relève de la compétence exclusive du Conseil fédéral.
Esther Waeber-Kalbermatten, conseillère d’Etat 

Et mettre Verbier ou tout le val de Bagnes en confinement? «C’est possible, mais le confinement de toute une région, de tout un canton ou de toute la Suisse est de la compétence exclusive du Conseil fédéral», précise Esther Waeber-Kalbermatten.

La conseillère d’Etat a finalement indiqué avoir interpellé l’Office fédéral de la santé publique. Contacté ce dimanche, l’OFSP n’a pas été en mesure de répondre immédiatement à nos questions: d’autres régions de Suisse sont-elles dans la même situation? Le Conseil fédéral envisage-t-il de confiner certaines communes du pays en particulier? Des dispositions sont-elles prévues dans des cas extrêmes isolés? Nous y reviendrons donc dans nos prochaines éditions.

Ce lundi, l’OFSP a confirmé à Keystone-ATS que la demande du gouvernement valaisan lui était bien parvenue. Et qu’il n’avait pas encore tranché la question. 

 

L’info solidaire
Dans la situation sanitaire hors norme que nous vivons, la rédaction du «Nouvelliste» se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise.
Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PandémieCoronavirus: "La progression du nombre de cas est préoccupante."Coronavirus: "La progression du nombre de cas est préoccupante."

Pas plus que 5!Coronavirus: la police valaisanne sera attentive aux rassemblementsCoronavirus: la police valaisanne sera attentive aux rassemblements

PandémieCoronavirus: cliniques privées à la rescousse de l’Hôpital du ValaisCoronavirus: cliniques privées à la rescousse de l’Hôpital du Valais

Top