Coronavirus: les évêques suisses ont élaboré un plan de protection pour célébrer les messes publiques

La Conférence des évêques suisses a dévoilé lundi un plan de protection qui vise à permettre le retour des messes publiques, pour l’heure interdites. Toute une série de règles d’hygiène et de distance sociale ont été élaborées.
27 avr. 2020, 17:16
/ Màj. le 27 avr. 2020 à 17:18
Les évêques suisses appellent à autoriser les messes publiques. (Illustration)

Les messes publiques ne sont pas encore autorisées, mais les évêques suisses sont déjà prêts. Ils ont élaboré un plan de protection pour célébrer les offices religieux.

Les premières mesures d’assouplissement donnent espoir aux Eglises. S’appuyant sur la liberté d’exercice individuel et collectif de la religion garantie par la Constitution, la Conférence des évêques suisses appelle à autoriser les messes publiques.

Pour respecter les prescriptions fédérales, notamment en matière d’hygiène et de distance sociale, elle a déjà publié lundi un plan de protection. Les bénitiers doivent rester vides. Les bancs, portes, installations sanitaires et autres points de contact doivent être désinfectés.

Pas de quête dans les bancs

Un tiers seulement des places peut être utilisé et chaque fidèle doit disposer d’au moins 4m2. Pour éviter une surcharge, un système de réservation et de places numérotées est encouragé. Les portes doivent par ailleurs être ouvertes pour les fidèles, de sorte à ce qu’ils ne touchent pas les poignées. Et ces derniers doivent se désinfecter les mains en entrant dans le bâtiment.

Durant la messe, tout contact entre personnes ou avec des objets doit être évité. L’échange du signe de la paix, via une poignée de mains, est supprimé. Les corbeilles ne circuleront plus dans les bancs pour la quête. Une offrande pourra toutefois être déposée dans une corbeille à la sortie.

Les fêtes célébrées

Les fidèles doivent quitter l’église selon un ordre fixé par la paroisse. Les regroupements devant le bâtiment sont interdits. Les malades sont incités à rester chez eux, où ils peuvent recevoir la communion, des personnes étant mandatées pour ce faire. Les groupes à risque sont invités à fréquenter la messe en semaine et à éviter la messe dominicale. Si le plan de protection ne peut être appliqué, il est interdit de célébrer des messes publiques.

Baptêmes, premières communions, confirmations et mariages peuvent à nouveau être célébrés, à condition qu’ils respectent les normes de protection établies par les autorités civiles, selon le plan de protection de la Conférence des évêques suisses. S’il est possible de reporter la fête, il faut le faire, en accord avec la famille.