Coronavirus

Coronavirus: les enfants sont désormais les plus infectés en Valais

chargement

Bilan hebdomadaire Les moins de 14 ans affichent 351 cas pour 100 000 habitants contre 199,44 chez les 30-44 ans. En cause, le fait qu’ils soient le seul groupe de population non vacciné et la contagiosité du variant Delta. Cette incidence élevée augmente la probabilité de voir apparaître des complications pédiatriques, comme aux USA par exemple.

 09.09.2021, 19:00
Incidence du coronavirus en Valais par commune.

L’épidémie est désormais la plus virulente chez les enfants. Avec 351,78 cas pour 100 000 habitants, ce sont les moins de 14 ans qui sont les plus touchés, contre 222,09 chez les 15-29 ans et 199,44 chez les 30-44 ans.

Cette augmentation des infections chez les enfants est liée au fait que, jusqu'à 12 ans, ils sont le seul groupe de population pour lequel la vaccination n’est pas possible, mais aussi à la contagiosité élevée du variant Delta. «On peut même dire, selon plusieurs études réalisées à l’étranger, qu’il est plus virulent», explique Nicolas Troillet, épidémiologiste et remplaçant du médecin cantonal. «En effet, si l’on considère la totalité des patients hospitalisés, on constate aussi en Suisse que la proportion des malades aux soins intensifs est plus importante. De l’ordre de 1 ou 2 sur 10 avec les variants précédents à 3 ou 4 sur 10 avec le Delta.»




Pas d’enfant à l’hôpital

Pour l’instant, il n’y a pas d’enfant hospitalisé en Valais. «Les enfants restent une population beaucoup moins à risque que les personnes âgées, mais avec la contagiosité du variant Delta, on peut dire que plus d’enfants vont être infectés et que dès lors, la probabilité d’observer des complications et des hospitalisations augmente», dit Nicolas Troillet.

Certains états des Etats-Unis, mais aussi le Costa Rica, voient leurs services de pédiatrie saturés de petits patients Covid. «C’est vrai que c’est inquiétant. Ce phénomène s’observe surtout dans les régions avec une faible couverture vaccinale parce que, même si elle ne protège pas à 100% d’une infection, la vaccination diminue quand même la circulation du virus. Les adultes peuvent donc protéger les enfants en se vaccinant», rappelle l’épidémiologiste.

Le corps enseignant serait majoritairement vacciné

Alors, les enseignants l’ont-ils fait? «La vaccination des enseignants est vivement encouragée mais elle n’est évidemment pas obligatoire», explique Christophe Darbellay. «Le système mis en place à l’école obligatoire est basé sur la confiance: les enseignants vaccinés travaillent sans masque, les autres avec masque. Nous avons aussi fait un sondage, mais sans valeur statistique très élevée, qui me fait estimer la couverture vaccinale des enseignants à 70-80%», poursuit le conseiller d’Etat.

Et que peut-on faire de plus pour endiguer les infections dans les écoles? «La situation est pour l’instant suivie de très près et nous ne constatons pas de forte augmentation des infections», explique Nicolas Troillet. «Si nécessaire, des mesures de prévention supplémentaires pourraient être prises, par exemple en réintroduisant le port du masque dans les établissements où le nombre de cas deviendrait important.»







Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Bilan hebdomadaireCoronavirus: la courbe des nouveaux cas se stabilise à près de 600 en ValaisCoronavirus: la courbe des nouveaux cas se stabilise à près de 600 en Valais

Bilan hebdomadaireCoronavirus: une embellie dans les homes valaisans après les inquiétudes de la fin de l’étéCoronavirus: une embellie dans les homes valaisans après les inquiétudes de la fin de l’été

Top