Coronavirus
 20.11.2020, 19:32

Coronavirus: le Valais donne de l’air aux fidèles, aux jeunes et aux aînés, mais pas aux restos

chargement
Les cafetiers et restaurateurs valaisans devront patienter jusqu'au 14 décembre au minimum avant de rouvrir.

Gestion de la pandémie Prolongations ou assouplissements, le Conseil d’Etat a fait des choix. La plupart des restrictions valaisannes pour faire face à la deuxième vague du Covid sont prolongées jusqu’au 13 décembre à minuit.

Pas de restaurants, pas de fitness, pas de bibliothèques, mais plus de fidèles à la messe. Au moment de décider des prolongations et des assouplissements des mesures face à la pandémie de Covid-19, le Conseil d’Etat valaisan a fait «ses choix et les assume».

Dès le premier décembre, les cérémonies religieuses pourront accueillir jusqu’à 50 fidèles (au lieu de 10 actuellement). A cette même date, les activités sportives des jeunes et enfants jusqu’à 16 ans ainsi que les visites dans les EMS et les hôpitaux seront de nouveau autorisées (selon les conditions de chaque établissement).

Par contre, l’interdiction des autres rassemblements de plus de dix personnes est prolongée jusqu’au matin du 14 décembre au moins, tout comme la fermeture des établissements de restauration, des bars et des espaces de loisirs (cinémas, piscines, musées, etc.)

A lire aussi : Valais: le Conseil d’Etat prolonge les mesures de lutte contre le coronavirus

«Noël avant l’heure» pour le vicaire général

«La spiritualité est un soutien dans les moments difficiles que nous traversons», justifie Frédéric Favre. Les offices religieux suivront bien entendu un plan de protection. Le masque reste obligatoire et les mesures d’hygiène et de distanciation sociale devront être appliquées. Pour le chanoine Pierre-Yves Maillard, vicaire général du diocèse de Sion, c’est un soulagement. «C’est presque Noël avant l’heure. Nous sommes reconnaissants envers les autorités cantonales de prendre en compte les besoins spirituels de la population valaisanne.»

La spiritualité est un soutien dans les moments difficiles que nous traversons.
Frédéric Favre, conseiller d’Etat chargé de la sécurité et des sports

Pour rappel, courant novembre, un recours en justice avait été déposé auprès du Tribunal fédéral contre la décision du Conseil d’Etat de limiter les messes à dix fidèles. Frédéric Favre assure que cet élément n’a joué aucun rôle dans le choix du gouvernement. «Nous analysons régulièrement la situation. Le seul souci que nous avons est de redonner l’ensemble de ses libertés individuelles au peuple valaisan».

A lire aussi : Coronavirus: sous pression, le système sanitaire valaisan risque d’opérer un «triage rampant»

50 fidèles plutôt que 4 convives

Mais certains se demandent déjà en quoi quatre convives à une table de restaurant constituent un risque plus grand qu’un rassemblement de 50 personnes à l’église.

Il faut se serrer les coudes jusqu’au 13 décembre. Arrêtons de jouer les uns contre les autres, c’est contre-productif.
Christophe Darbellay, président du gouvernement valaisan

«J’aimerais que ce petit jeu désagréable cesse», coupe Christophe Darbellay. Il rappelle qu’en Valais, dans 60% des cas, on n’identifie pas le lieu d’une infection. Le président du gouvernement cite alors Daniel Koch (ancien chef de la division maladies transmissibles de l’OFSP). «A la question de savoir où on s’infecte, Monsieur Koch a répondu: «Partout où on approche sa main de sa bouche.» Il faut se serrer les coudes jusqu’au 13 décembre. Arrêtons de jouer les uns contre les autres, c’est contre-productif.»

A lire aussi : Coronavirus: 50 fidèles à la messe, «c’est un peu Noël avant l’heure»

Le président de GastroValais ne veut pas polémiquer à ce sujet et «prend note» de la décision du canton. «Si ces deux semaines supplémentaires débouchent sur une saison d‘hiver correcte, on signe immédiatement», lâche André Roduit. Il concède cependant un mécontentement grandissant parmi ses membres.

Si ces deux semaines supplémentaires débouchent sur une saison d‘hiver correcte, on signe immédiatement.
André Roduit, président de GastroValais

De l’aide aux entreprises dès fin novembre

Cette fameuse saison d’hiver qui vient est au cœur de l’attention. Pour permettre à tous les acteurs touristiques de s’organiser au plus vite, les prochains assouplissements (si la situation sanitaire le permet) devraient être annoncés début décembre. Ils dépendront du nombre de nouvelles infections et de la situation dans les hôpitaux valaisans.

En attendant, le Conseil d’Etat a déterminé les modalités d’indemnisation cantonale des acteurs économiques directement touchés par les fermetures imposées à partir du 22 octobre puis du 6 novembre. Les entreprises peuvent demander une indemnité en ligne, sur le site internet de l’Etat du Valais, jusqu’au 4 décembre. «Un premier acompte sera versé très rapidement», c’est-à-dire dès la fin novembre, promet Christophe Darbellay. Il est fixé entre 5 et 7,5% de la perte du chiffre d’affaires.

A lire aussi : Covid-19: les services funéraires sont sous pression, mais ils résistent

Le solde de ces indemnités sera versé ultérieurement jusqu’à atteindre le montant fixé à 20 millions de francs pour ces aides cantonales. A noter encore que le Conseil d’Etat allouera 9 millions de francs aux secteurs de l’événementiel et du voyage.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PandémieCoronavirus: le Valais passe sous la barre des 200 nouveaux cas positifsCoronavirus: le Valais passe sous la barre des 200 nouveaux cas positifs

SantéSoulagement pour les résidents d’EMS valaisans: les visites vont reprendreSoulagement pour les résidents d’EMS valaisans: les visites vont reprendre

On vous emmèneSkier au temps du Covid, c'est comment? On a testé pour vous à Saas-FeeSkier au temps du Covid, c'est comment? On a testé pour vous à Saas-Fee

Top