Réservé aux abonnés

Coronavirus: le "tourisme de beuveries" irrite les habitants de Madrid

A Madrid, où les bars et restaurants sont ouverts jusqu’à 23h, la polémique sur «le tourisme de beuveries» fait rage.
01 avr. 2021, 00:01
/ Màj. le 01 avr. 2021 à 06:51
Policeman patrols in downtown Madrid, Spain, Friday, March 26, 2021. With its policy of open bars and restaurants — indoors and outdoors — and by keeping museums and theaters running even when outbreaks have strained hospitals, Madrid has built a reputation as an oasis of fun in Europe’s desert of restrictions. Other Spanish regions have a stricter approach to entertainment. Even sunny coastal resorts offer a limited range of options for the few visitors that started to arrive, coinciding with Easter week, amid a set of contradictory European travel rules. (AP Photo/Bernat Armangue)

Des étrangers saouls déambulant dans les rues, des fêtes clandestines violemment interrompues par la police: ces images irritent les Madrilènes, tenus de rester dans leur région pendant la Semaine Sainte, alors que les frontières espagnoles sont ouvertes aux touristes.

Que ce soit en première page des journaux ou sur les chaînes de télévision, où elles passaient en boucle lundi, ces images alimentent un débat de plus en plus animé sur ce que beaucoup d’Espagnols considèrent comme les incoh&...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an