Réservé aux abonnés

Coronavirus: le cafouillage belge qui aurait pu coûter cher au tourisme valaisan

Confondant Genève et région lémanique, le groupe d’experts qui conseille le gouvernement a mis le Valais en zone rouge pendant trois jours avant de revenir en arrière. Une histoire belge qui ne fait pas rire les touristes du Plat Pays et qui a des conséquences sur les nuitées en Valais. Explications.
05 août 2020, 18:00 / Màj. le 05 août 2020 à 18:44
Gérant de l'hôtel Cristal à Grimentz, Olivier Mösching a perdu 50 nuitées et craint d'en perdre 80 de plus.

Ce samedi, la Belgique a placé le Valais, Vaud et Genève sur liste rouge, imposant une quarantaine à toutes les personnes en revenant. «Incompréhensible et choquant», s’est offusqué Christophe Darbellay, conseiller d’Etat chargé de l’économie. Si Genève est plus touché par le Covid-19, les trois cas par jour, en moyenne, en Valais, ne semblaient pas mériter un tel classement. Sous pression de la Suisse et de sa propre opinion publique, la Belgique a remis Vaud et notre canton en zone verte,...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois