Coronavirus: la police valaisanne sera attentive aux rassemblements

La police cantonale veille à appliquer les normes d’hygiène des autorités depuis le début de la crise. La nouvelle mesure qui interdit les rassemblements à plus de cinq personnes sera la priorité du week-end.
20 mars 2020, 18:50
/ Màj. le 20 mars 2020 à 18:58
Les patrouilles veillent à la bonne application des mesures fédérales sur tout le territoire.

Faire respecter strictement les décisions des autorités en matière de lutte contre le coronavirus est la mission prioritaire des polices valaisannes depuis plusieurs semaines. Ce vendredi, une nouvelle directive est entrée en force: les rassemblements de plus de cinq personnes sont désormais interdits en Suisse. Les contrevenants s’exposent à des amendes. Une décision qui sera surveillée de près par les patrouilles. «Nos agents seront systématiquement attentifs à ces rassemblements sur tout le territoire cantonal, sans distinction communale», prévient Christian Varone, commandant de la police cantonale valaisanne.

Entre prévention et répression, la police est présente

Dans les faits, la police valaisanne a été l’une des premières en Suisse à dénoncer des cas concrets de non-respect des consignes fédérales et cantonales. Un gérant de bar-restaurant dans le Valais central vient d’ailleurs d’être condamné pour avoir ouvert son établissement à une vingtaine de personnes en même temps. «Cela reste exceptionnel. La majorité des habitants comprennent parfaitement l’importance de ces mesures. Nous faisons également de la prévention auprès des personnes âgées.»

Autres missions maintenues également

A ajouter toutefois que les autres opérations en matière de criminalité se poursuivent également en parallèle. Comme les contrôles routiers pour ne citer qu’eux. «Nous assumons toutes nos missions», confirme Christian Varone. 

 

L’info solidaire
Dans la situation sanitaire hors norme que nous vivons, la rédaction du «Nouvelliste» se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise.
Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch
 
par Isabelle Gay