Coronavirus
 25.04.2020, 12:00

Coronavirus: "la peur qui rassemble". Par Yves Gaudin

chargement
Yves Gaudin, Docteur en psychopathologie clinique et écrivain

Fenêtres sur crise Une douzaine de personnalités issues de générations, de milieux socio-professionnels différents livrent pour "Le Nouvelliste" leurs pensées sur l’impact social de l’expérience collective que nous vivons tous, et sur le temps d’après, quand la vie reprendra, sans doute différemment d’avant.

En 1959, le Dr Schachter étudie le lien entre «grégarité et anxiété». Pour ce faire, il convoque deux groupes de personnes et leur explique qu’elles vont participer à une recherche portant sur la réaction aux chocs électriques. Au premier groupe, il informe que cela ne sera «pas douloureux du tout» alors qu’au deuxième il laisse entendre que cela pourrait être «assez désagréable». Il prétexte ensuite un réglage à faire et demande aux personnes si elles veulent attendre seules ou en compagnie d’autres participants à l’expérience.

Tous les résultats montrèrent que parmi le premier groupe, moins d’un tiers seulement des personnes voulurent rester seules alors que dans le deuxième groupe, elles furent plus de 70% à vouloir la présence des autres. En somme, plus nous sommes anxieux, plus la présence d’autrui est souhaitée. Ainsi nous pouvons nous comparer et tenter de diminuer notre état d’activation émotionnelle.

 

En somme, plus nous sommes anxieux, plus la présence d’autrui est souhaitée.
Yves Gaudin, Docteur en psychopathologie, écrivain

 

On le voit bien, en ces temps de Covid-19, combien, en effet, il est réconfortant de ne pas se sentir seul et de savoir que l’on peut compter les uns sur les autres. Et cela nous paraît tout à fait normal. 
 
Mais ce qui étonne peut-être, c’est de constater que, dans une dernière variante, lorsqu’il est proposé à des individus d’attendre avec un groupe à qui il est dit que personne ne recevra de chocs électriques, les personnes préfèrent attendre seules. Si l’anxiété entraîne donc le désir d’être avec d’autres personnes, l’état de neutralité aurait pour conséquence une certaine indifférence par rapport à ses semblables. 
 
Dès lors, puissions-nous, une fois ce cataclysme du Covid-19 éloigné, continuer de fréquenter, aimablement, solidairement, nos voisins, nos collègues, de prendre de nos nouvelles, en comparant, cette fois-ci, non plus nos peurs mais nos expériences de vie? Puissions-nous là encore prendre à défaut les théories de la psychologie sociale? C’est tout le bonheur que l’on peut se souhaiter. 
 
Prenez soin de vous. 

Yves Gaudin, Docteur en psychopathologie clinique, écrivain, Sion


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Fenêtres sur criseCoronavirus: "un pilote dans l'avion". Par Fernand MariétanCoronavirus: "un pilote dans l'avion". Par Fernand Mariétan

Fenêtres sur criseCoronavirus: "la tentation technologique". Par Johan RochelCoronavirus: "la tentation technologique". Par Johan Rochel

Fenêtres sur criseCoronavirus: "un bouleversement du travail". Par Karin PerraudinCoronavirus: "un bouleversement du travail". Par Karin Perraudin

Fenêtres sur criseCoronavirus: "du silence émergeront de nouvelles gourmandises". Par Anne-Catherine SutermeisterCoronavirus: "du silence émergeront de nouvelles gourmandises". Par Anne-Catherine Sutermeister

Fenêtres sur criseCoronavirus: "après, ce sera comment?". Par Françoise GianaddaCoronavirus: "après, ce sera comment?". Par Françoise Gianadda

Top