Coronavirus
 18.07.2020, 08:48

Coronavirus: la Confédération a souvent réagi trop tard, selon Norman Gobbi

chargement
Norman Gobbi (droite) tance le Conseil fédéral dans sa gestion de la crise sanitaire.

Critiques Attaque frontale du président du Conseil d’Etat tessinois contre la gestion de crise de la Suisse. Selon Norman Gobbi, la Confédération a souvent tardé à réagir.

La coopération entre le Tessin et la Confédération n’a pas toujours été optimale au plus fort de la pandémie du Covid-19, selon le président du Conseil d’Etat tessinois, Norman Gobbi. «Berne a souvent réagi trop tard», déclare l’élu de la Lega dans le Blick de samedi.

On doit parfois aller dans les tranchées pour bien comprendre la situation. C’est plus difficile depuis Berne.
Norman Gobbi, président du Conseil d’Etat tessinois

«On doit parfois aller dans les tranchées pour bien comprendre la situation», dit-il. «C’est plus difficile depuis Berne». La communication a aussi parfois été difficile «Nous avons pris connaissance de décisions que peu de temps avant la conférence de presse» des autorités fédérales. Le téléphone sonnait ensuite beaucoup au Tessin, car les informations ne correspondaient pas toujours aux rapports explicatifs, ajoute-t-il.

M. Gobbi constate cependant que le Tessin, premier canton touché par la vague épidémique déferlant sur la Suisse, a fini par être écouté à Berne. Le Conseil fédéral a ensuite beaucoup fait pour protéger les employés et les employeurs, poursuit-il. Il a été possible de prendre des mesures supplémentaires.

Suisse pas suffisamment préparée

Tirant les leçons de la crise, le Tessinois estime que «la loi sur les épidémies ne devrait pas être toujours appliquée de manière uniformisée» en Suisse. «Les catastrophes naturelles et les accidents techniques sont rarement un problème national», ajoute-t-il.

La loi sur les épidémies ne devrait pas être toujours appliquée de manière uniformisée.
Norman Gobbi, président du Conseil d’Etat tessinois

Malgré cette loi, la Suisse n’était pas suffisamment préparée pour affronter le coronavirus, remarque l’élu. «Non seulement la Confédération et les cantons n’avaient pas prévu assez de matériel de protection dans leur planification, mais c’était aussi le cas des hôpitaux, des établissements médicaux sociaux et des autres institutions. Personne n’avait à la maison 50 masques de protection, qu’il était censé avoir stockés pour les cas d’urgence».

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CritiquesCoronavirus: la Suisse a réagi trop tard face à la crise, selon l’ex-ministre Doris LeuthardCoronavirus: la Suisse a réagi trop tard face à la crise, selon l’ex-ministre Doris Leuthard

CritiquesCoronavirus: Daniel Koch estime qu’il aurait fallu imposer les masques plus tôtCoronavirus: Daniel Koch estime qu’il aurait fallu imposer les masques plus tôt

PandémieCoronavirus: Matthias Egger quitte la présidence de la task force Covid-19Coronavirus: Matthias Egger quitte la présidence de la task force Covid-19

DifficultéCoronavirus: trouver le bon équilibre entre déconfinement et prudence, selon SommarugaCoronavirus: trouver le bon équilibre entre déconfinement et prudence, selon Sommaruga

ProtectionCoronavirus: la médecin cantonale des Grisons met en garde contre le port de visièresCoronavirus: la médecin cantonale des Grisons met en garde contre le port de visières

Top