Coronavirus
 02.04.2020, 18:00

Coronavirus: «Il y aura probablement une augmentation des cas confirmés dans les EMS valaisans»

chargement
Le nombre de cas confirmés dans les EMS va probablement augmenter ces prochains jours, estime Arnaud Schaller.

Santé Directeur de l’Association valaisanne des EMS (AVALEMS), Arnaud Schaller revient sur la situation des établissements valaisans face à la pandémie.

Arnaud Schaller, les conséquences de la crise sanitaire évoluent de jour en jour. Pouvez-vous nous dresser le bilan de la situation au jeudi 2 avril?

Aujourd’hui, nous comptons 51 cas de Covid-19 dans les différents établissements du canton. Il y a eu sept hospitalisations liées au nouveau Coronavirus et seize décès de personnes infectées. Deux malades ont été guéris et 97 pensionnaires sont en isolement de précaution. Il y a des cas déclarés dans toutes les régions du canton, mais pas dans tous les EMS.

Ces chiffres seront-ils rapidement revus à la hausse?

Ces prochains jours, il y aura probablement une augmentation des cas confirmés dans les établissements valaisans. Cela s’explique par une augmentation des tests de dépistage, mais aussi parce que les cas continueront de se propager. Il faut donc s’attendre à des décès. Mais il y a aussi des guérisons et c’est important de donner un message d’espoir: il est possible de résister à ce virus même si l’on est une personne vulnérable.

A lire aussi : Coronavirus: premier recul du nombre d’hospitalisations en Valais

Les contrôles seront donc plus fréquents?

Nous allons clarifier la méthode de dépistage. Les contrôles doivent être renforcés, sans être forcément systématiques. Mais les résidents qui présentent des symptômes doivent être testés.

Ce n’est pas encore le cas?

Pas toujours, car cela dépend de la pratique de chaque médecin traitant et médecin répondant, ce qui fait varier les chiffres d’un établissement à l’autre.

Comment l’expliquer?

Les pratiques sont extrêmement variées. Dans certains EMS, les résidents sont pratiquement tous testés alors que dans d’autres, presque aucun dépistage n’est fait.

Qu’est-ce qui a changé depuis le début de la pandémie?

L’approche a changé. Nous sommes passés des soins centrés sur la personne à des soins centrés sur la communauté. Cela se traduit parfois par des mesures drastiques pour que tout le monde soit protégé. Certains EMS, plus touchés que d’autres, connaissent un confinement relativement important. Les résidents malades sont isolés en chambre, mais bénéficient d’un accompagnement. Quelques EMS sont actuellement en confinement généralisé.

A lire aussi : Coronavirus: vers un retour à la normale le 19 avril? L'UDC valaisanne en désaccord avec le parti national

Est-ce encore possible de cultiver un lien social pour échapper à la solitude?

Les 97 personnes actuellement en isolement ne sont pas constamment confinées dans leur chambre. Il y a des sorties individuelles qui sont organisées. Nous avons mis en place passablement de choses comme des vidéoconférences ou des appels Skype. Le service d’aumônerie pour le soutien spirituel est également maintenu. Les équipes sont aussi formées au suivi psychologique des résidents. On reste conscient que la situation est difficile pour tout le monde: les pensionnaires, les familles, mais aussi le personnel soignant.

Le personnel justement, comment se porte-t-il? Beaucoup manquent-ils à l’appel?

Plusieurs soignants ont été testés positifs au Covid-19 et ne travaillent plus. Au moindre symptôme, on suit les réglementations de l’OFSP et les personnes sont mises en quarantaine. D’autres, par mesure de précaution, s’auto-confinent. Quant au nombre, il nous manque encore des données pour articuler un chiffre précis. Je peux vous dire que dans tous les EMS, il y a des absences. A mon sens, elles sont fortement liées au Covid-19. Plusieurs établissements fonctionnent en sous-effectifs, mais les équipes sont renforcées par la protection civile ou l’armée.

A lire aussi : Coronavirus: pas de lien connu entre rhume des foins et Covid-19

Les soignants ont-ils suffisamment de matériel médical à disposition pour se protéger?

Comme tous les acteurs de la santé, nous avons eu une phase difficile. Depuis une dizaine de jours, nous sommes plus sereins. Des commandes très importantes de matériels (masques, blouses, gants, etc.) sont arrivées. La situation était franchement tendue il y a peu, mais à aucun moment le personnel n’a manqué de matériel.

Les EMS valaisans sont-ils plus touchés que les autres établissements romands?

Le Valais dépiste déjà beaucoup dans les EMS. Dans ces circonstances, les statistiques seront plus élevées que si les tests sont moins pratiqués. De plus, les établissements sont très équipés et permettent d’assurer la prise en charge des soins des personnes infectées jusqu’à leur décès. De ce fait, les EMS valaisans transfèrent peu de résidents à l’hôpital. Ce n’est pas forcément le cas partout ailleurs.

A lire aussi : Coronavirus: «La mise au point d’un vaccin permettra aux personnes à risque d’avoir une vie normale.»

L’INFO SOLIDAIRE
Dans la situation sanitaire hors normes que nous vivons, la rédaction du Nouvelliste se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention.

Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise. Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

Top