Coronavirus et terrasses: non, vous n’avez pas besoin de mettre le masque entre chaque gorgée

Depuis lundi, les Suisses peuvent de nouveau boire un verre ou manger sur les terrasses des restaurants et bars qui ont rouvert. Mais à quel moment devez-vous mettre le masque lorsque vous êtes à table? Explications.
22 avr. 2021, 09:41
/ Màj. le 22 avr. 2021 à 09:46
La clientèle a été au rendez-vous de la réouverture des terrasses lundi, comme ici à Zurich. La grande majorité ne portaient pas de masques à table.

«Les clients des terrasses ne peuvent enlever leurs masques que lorsqu’ils ne consomment pas», écrivait le Conseil fédéral dans sa dernière ordonnance Covid-19. Prise à la lettre, cette règle vous demande – si vous avez 12 ans ou plus – de le remettre après chaque gorgée, chaque bouchée ou chaque bouffée de cigarette. Qu’en est-il réellement?

A lire aussi : Coronavirus: terrasses, cinémas, fitness… ce que vous pouvez de nouveau faire dès le 19 avril

Vous devez porter le masque jusqu’à ce que vous soyez servi à table, a indiqué mercredi l’Office fédéral de la santé publique à 24 heures. Mais, ensuite, le bon sens prévaut. «Si quelqu’un boit un peu de temps en temps, il ne doit pas remettre le masque à chaque fois entre chaque gorgée», a expliqué Yann Hulmann, porte-parole de l’OFSP, au quotidien vaudois. 

Par contre, si vous êtes sur une terrasse seulement pour parler ou jouer à un jeu de société ou si vous ne consommez que «de manière ponctuelle», vous devrez le porter.

 

La plupart des clients ne se soucient pas de l’obligation de porter le masque lorsque l’on ne consomme pas. © KEYSTONE/Alexandra Wey

 

«Si un client reste assis à table après le dessert, mais ne consomme plus rien, il devra aussi de nouveau porter le masque», a précisé Daniela Kimmich, porte-parole de Gastrosuisse, au Tages Anzeiger.

Attention, si vous refusez de vous conformer à l’obligation de le porter, vous pouvez vous faire exclure de la terrasse du restaurant et du bar et être tenu responsable des éventuelles sanctions, précise la faîtière dans sa foire aux questions.

par Andy Maître