Coronavirus
 29.05.2020, 05:30

Coronavirus: en direct depuis son mazot, Manuella Maury a porté chaque jour la voix intime des Suisses

chargement
Manuella Maury était en direct sur les ondes du lundi au vendredi depuis son cocon de bois, à Mase.

Sur les ondes La journaliste de la RTS achève ce vendredi son émission de radio «Porte-plume». Durant deux mois, elle a lu chaque jour, en direct depuis sa cuisine de Mase, des lettres à l’intimité universelle.

Elle enfile une veste en jeans. Le petit coup de froid du trac. Il est 10 h 56. Assise dans la cuisine de son charmant mazot, elle relit tout bas son intro. Les sommets du val d’Hérens la regardent depuis la fenêtre. Elle prend une grande inspiration. C’est parti jusqu’à 11 h 30. Les mots, les pages qu’elle froisse, les émotions. Les liens pour adoucir l’isolement dans la pandémie.

A lire aussi: Coronavirus: «Lettres à nos aînés», le nouveau rendez-vous quotidien du «Nouvelliste»

Une aventure irréelle

Ce matin-là comme ceux de toutes les semaines depuis le 25 mars, Manuella Maury anime «Porte-plume» sur les ondes de la RTS. En direct. Depuis son cocon de bois à Mase. Elle y lit des lettres adressées aux aînés, aux amoureux, aux parents, aux enfants, à ceux qui sont là et à ceux qui sont partis. Des textes écrits par tous qu’elle rend vivants pour tous.

«C’est très irréel, je ne réalise toujours pas que je me suis introduite dans des voitures et des foyers, alors que j’étais chez moi avec du matériel qui se compte sur les doigts d’une main», raconte la journaliste valaisanne.

Au début, j’avais peur de ce que les gens allaient dire. Ma maman m’appelait chaque jour pour me rassurer.
Manuella Maury, journaliste à la RTS

Après vingt ans sans animation à la radio, la professionnelle de la télévision a renoué avec l’antenne dans la crise, dans l’urgence. Et, forcément, dans le stress. «Les premières fois, j’étais paniquée que la technique ne marche pas. Et j’avais peur de ce que les gens allaient dire, ma maman m’appelait chaque jour pour me rassurer».

Près de 800 lettres reçues

Le bateau a pris le large. A grande vitesse. Manuella Maury a reçu un tsunami de lettres. Près de 800 missives envoyées chez elle, à la RTS à Genève, à Lausanne, dans sa boîte mail et aux journaux partenaires de l’opération («Le Nouvelliste», «La Liberté», «Le Quotidien Jurassien», «Arc Info», «Le Journal du Jura», «Générations», «Vigousse»). Elle confie: «J’ai travaillé sept jours sur sept. Il me fallait lire les lettres, y répondre, les éditer, ajouter de l’oralité, raccourcir des passages pour respecter le temps d’antenne.»

Ce vendredi, elle enregistre «Porte-plume» pour la dernière fois. Crevée, mais tellement nourrie. De ces mots par milliers. De ce singulier qui touche au pluriel. De ces correspondances qui construisent des ponts entre les cœurs. «La lettre, c’est l’intimité universelle par excellence, c’est la manière la plus simple de comprendre une réalité.» Celle qui a fondé son propre festival de la correspondance, Lettres de soie, ne lâchera ni la plume, ni l’encre.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SolidaritéCoronavirus: la lettre aux aînés de Noémie FournierCoronavirus: la lettre aux aînés de Noémie Fournier

SolidaritéCoronavirus: la lettre aux aînés de Marie-Jo GesslerCoronavirus: la lettre aux aînés de Marie-Jo Gessler

Top