Coronavirus
 25.04.2020, 10:00

Coronavirus: "du silence émergeront de nouvelles gourmandises". Par Anne-Catherine Sutermeister

chargement
Anne-Catherine Sutermeister, consultante en politiques culturelles

Fenêtres sur crise Une douzaine de personnalités issues de générations, de milieux socio-professionnels différents livrent pour "Le Nouvelliste" leurs pensées sur l’impact social de l’expérience collective que nous vivons tous, et sur le temps d’après, quand la vie reprendra, sans doute différemment d’avant.

Le plus difficile a été de me l’avouer, là, tranquillement assise au soleil. Posé sur les coussins à côté de moi, un roman déjanté que je viens de finir et dans lequel il s’agit de «sauver des meubles». Ça tombe bien. Comme le narrateur, j’ai le sentiment d’avoir raté le moment d’avouer les choses. 

Et puis tout à coup, le silence alentour aidant, c’est sorti tout de go: une légèreté soudaine, une pincée de sans-gêne, un zeste de provocation, une once de culpabilité certes…:  profiter de ce temps hors du temps pour tenter de ne rien faire. Même si «tenter» c’est un peu faire quand même… (Surtout ne pas être trop exigeante dès le début…). Hyperactive de nature, cette décision est pour moi un défi monstrueux. NE RIEN FAIRE.. «Oh temps, suspends ton vol!»… 

Au loin, à travers la bouche béante de mon Mac, je vois les messages s’accumuler. Chacun menace ma décision en me catapultant ici dans un univers infini d’œuvres d’art digitalisées provenant des quatre coins du monde, là dans une liste interminable de films que je n’ai pas encore vus (évidemment…), là encore dans de nouvelles œuvres hybrides, interactives, aux formats forcément terriblement innovants et palpitants, là dans un répertoire de spectacles historiques, U-NI-QUE-MENT accessibles pour l’occasion (oui… il sera impossible de les revoir ensuite…), et puis ces débats improvisés sur Instagram où l’on tente de faire dialoguer d’éminents spécialistes auréolés pour l’occasion par les flux des émoticones.

 

Dans ce temps hors du temps, mes écrans me confrontent inlassablement à l’immensité de l’art que je n’arriverai jamais à lire, voir, intégrer, comprendre, analyser, discuter.
Anne-Catherine Sutermeister, consultante en politiques culturelles

 

Bref: dans ce temps hors du temps, mes écrans me confrontent inlassablement à l’immensité de l’art que je n’arriverai jamais à lire, voir, intégrer, comprendre, analyser, discuter. J’ai retiré la prise et les ai laissé s’épuiser au fil des heures jusqu’à ce qu’enfin ils s’éteignent. Black out. Bonheur. Juste créer un espace vide pour prendre distance. «Es ist was es ist» me rappelle sagement le poème de Erich Fried. 

Il y a quelques semaines, le directeur du théâtre de poche de Genève, Mathieu Bertholet, pointait la possible confusion entre l’art et la communication au temps du Covid-19; Thibaud Croisy, dans le «Monde diplomatique» montrait «l’incapacité du théâtre à faire le vide» pour assurer sa mission de service public. Mon admiration est profonde pour tous les artistes qui ont fait preuve d’une énergie et d’une créativité sans bornes pour continuer de nous émerveiller, de nous «nourrir», s’efforçant ainsi de maintenir vivant ce cordon ombilical si fondamental. J’ai été touchée par les institutions qui se sont réinventées en quelques jours pour poursuivre leur mission de service public en ligne. Peut-être ne pas confondre présence et visibilité? Ne pas céder à la facilité d’une translation «homothétique» des arts sur le Net mais plutôt s’interroger sur ce que la digitalisation offre de spécifique et d’unique? Je sais pour ma part que du silence émergera en moi comme une petite chrysalide de gourmandises nouvelles et insoupçonnées. Je me réjouis. 

Anne-Catherine Sutermeister  consultante en politiques culturelles, Vaux


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Fenêtres sur criseCoronavirus: "un pilote dans l'avion". Par Fernand MariétanCoronavirus: "un pilote dans l'avion". Par Fernand Mariétan

Fenêtres sur criseCoronavirus: "la tentation technologique". Par Johan RochelCoronavirus: "la tentation technologique". Par Johan Rochel

Fenêtres sur criseCoronavirus: "un bouleversement du travail". Par Karin PerraudinCoronavirus: "un bouleversement du travail". Par Karin Perraudin

Fenêtres sur criseCoronavirus: "après, ce sera comment?". Par Françoise GianaddaCoronavirus: "après, ce sera comment?". Par Françoise Gianadda

Fenêtres sur criseCoronavirus: "la peur qui rassemble". Par Yves GaudinCoronavirus: "la peur qui rassemble". Par Yves Gaudin

Top