Coronavirus
 23.10.2020, 05:30

Coronavirus: degré d’urgence élevé pour l’Hôpital du Valais

chargement
Jeudi, 103 personnes souffrant du Covid étaient hospitalisées. Le Centre hospitalier du Haut-Valais se prépare, dans la mesure de ses possibilités, à accueillir des patients du Valais romand si nécessaire.

Pandémie Le système hospitalier du Haut-Valais peut prêter main-forte au centre du Valais romand en accueillant des patients francophones. Jeudi, 103 personnes souffrant du Covid étaient hospitalisées.

Dès jeudi, le Centre hospitalier du Haut-Valais se prépare, dans la mesure de ses possibilités, à accueillir des patients romands liés au Covid-19 s’il faut soulager le Centre hospitalier du Valais romand. «Il s’agit du niveau 3 sur 4 du plan d’urgence qui n’avait pas été atteint ce printemps. La rapidité du nombre de nouveaux cas nous a contraints à cette décision, car cette fois-ci nous n’allons pas complètement vider l’hôpital pour accueillir des patients Covid», explique Eric Bonvin, directeur de l’Hôpital du Valais.

En effet, jeudi en fin d’après-midi, on dénombre 103 hospitalisations en cours dont six aux soins intensifs. «Deux personnes y sont intubées. Par rapport à hier où nous avons malheureusement dénombré trois décès, une personne est décédée et une autre a pu quitter l’hôpital», poursuit Eric Bonvin. L’âge moyen est un peu moins élevé qu’au printemps et la prise en charge médicale bénéficie d’un meilleur protocole. «Aujourd’hui, on intube moins qu’au début de la pandémie. Mais il faut avoir plus de recul pour confirmer ce constat.»

Opérations non urgentes repoussées

Désormais, le Centre hospitalier du Valais romand peut donc accueillir près de 120 patients du Covid en soins aigus et 25 en soins intensifs. «Si nous dépassons ces chiffres, nous serons alors à un degré 4 et devrons compter sur d’autres établissements du canton ou hors canton pour faire face à l’afflux.» Depuis hier aussi, certaines opérations non urgentes sont repoussées, contrairement aux consultations et aux interventions ambulatoires qui sont maintenues.

Des exceptions à l’interdiction de visite

Du côté des visites, l’Hôpital du Valais doit y renoncer suite à la décision du Conseil d’Etat d’hier. Quelques exceptions sont toutefois autorisées. En maternité, la présence du père est possible en salle d’accouchement et trente minutes par jour. En pédiatrie, les visites du père et de la mère sont permises «selon des modalités à convenir avec le service», tandis que pour les patients en situation instable ou en fin de vie, ils peuvent bénéficier de la visite de deux proches simultanément «en respectant les règles de limite d’accès et de protection».

Pour Eric Bonvin et l’Hôpital du Valais, cette augmentation du niveau de prise en charge «permet une réponse qui pourrait devenir insuffisante si la courbe des infections ne s’infléchissait pas prochainement. Les mesures prises hier par le gouvernement n’auront des effets que dans deux semaines et il nous faut rester particulièrement attentifs à la situation d’ici là.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Gestion de la pandémieCoronavirus: 2 h 30 d'attente pour se faire tester à SionCoronavirus: 2 h 30 d'attente pour se faire tester à Sion

Top