Réservé aux abonnés

Coronavirus: les infirmières, ces anges de l’ombre dans la lumière de la crise

Elles ont été au front, les infirmières. En pleine crise, elles s’étaient confiées à nous avec courage. Après les applaudissements, certaines veulent une revalorisation de leur métier. Alors que le futur ne leur fait pas peur. Trois d’entre elles se confient.
17 juin 2020, 20:30 / Màj. le 20 juin 2020 à 17:40
Murielle Joris, Isabelle Oggier et Elisabeth Yerly, trois infirmières valaisannes qui ont vécu la crise en première ligne.

On les a applaudies sur les balcons et sacrées d’héroïnes en blouses blanches. On les a exposées dans les médias et sur les réseaux sociaux. La population a été sensibilisée peut-être plus que jamais à leur travail. Les infirmières – elles sont en majorité des femmes – font partie des mains de l’ombre dont la mission a marqué la crise.

Reconnaissance, deuxième vague, futur proche, appréhensions: comment se sentent-elles aujourd’hui, après des mois...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois