16.10.2019, 12:00

Face au réchauffement, la forêt valaisanne se transforme et s’élève

Premium
chargement
Postdoctorante au CIRM, Christine Moos nous emmène au-dessus de Bramois dans une zone où les pins émettent des signes de fatigue à la suite de la sécheresse. Si la forêt de protection est encore assez dense, à terme, une mortalité élevée des arbres due au stress hydrique peut poser des problèmes de sécurité.

Climat 88% de la forêt valaisanne a un rôle de protection. Or, les sécheresses à répétition l’affaiblissent. Face à cela, la Confédération octroie des moyens supplémentaires au canton.

Dans la forêt qui sépare Bramois de Nax, Christine Moos pointe du doigt un groupe de petits pins. Leurs branches sont desséchées, presque nues. Ils émettent des signes de souffrance. Pour cette postdoctorante au Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne (CIRM) spécialiste des forêts de protection, les jeunes pins qui l’entourent sont représentatifs d’un phénomène plus large. L’augmentation...

À lire aussi...

ClimatEmmanuel Reynard: «Les bisses sont des signes d’adaptation au réchauffement climatique»Emmanuel Reynard: «Les bisses sont des signes d’adaptation au réchauffement climatique»

ClimatClimat: la Suisse doit viser la neutralité carbone dès 2050Climat: la Suisse doit viser la neutralité carbone dès 2050

Top