03.05.2020, 19:00

50 ans du droit de vote des femmes: quand la femme servait avant tout à procréer

chargement
Le 12 décembre 1958, «Le Nouvelliste» publie l’une des 9 chroniques de l’abbé Crettol.

50 ans du droit de vote des femmes Pour marquer le jubilé des 50 ans du droit de vote des femmes en Valais, malgré le coronavirus, une conférence sera mise en ligne ce lundi 4 mai. Au programme notamment, la position particulièrement conservatrice du clergé.

Un long combat. Le droit de vote des femmes sur le plan cantonal a été accordé il y a tout juste cinquante ans par l’électorat masculin valaisan. Pour marquer ce jubilé, coronavirus oblige, les rencontres sur le thème, organisées par la Médiathèque Valais – Sion et l’Office cantonal de l’égalité et de la famille, se déplacent sur la toile. Ce lundi 4 mai à 20 heures, une présentation de Joël Lonfat, bibliothécaire scientifique, sera ainsi mise en ligne.

Pour patienter, le conférencier lève le voile sur l’un des thèmes abordés: la position d’un membre du clergé.

Les femmes même oubliées de la liste des gens qui n’ont pas le droit de voter

Retour à la fin des années cinquante. Jusqu’alors, «l’exclusion des femmes du droit de vote a l’air si évidente que même le législateur n’a pas mentionné les femmes dans l’article de la Constitution listant les catégories de personnes qui n’ont pas l’autorisation de voter», souligne Joël Lonfat. Mais cela peut changer, puisque l’électorat suisse est appelé à se prononcer sur le droit de vote des femmes sur le plan fédéral en 1959.

A lire aussi : De la lutte à l’urne: la grande histoire du droit de vote des femmes en Valais

Si l’Association valaisanne pour le suffrage féminin (AVPSF) avait reçu le soutien du Pape Pie XII quelques années plus tôt, la position du clergé valaisan n’est de loin pas aussi favorable envers les suffragistes. «Et l’Eglise catholique influence profondément les mentalités valaisannes», rappelle Joël Lonfat, dans un canton à 96% catholique entre 1950 et 1970.

L’article de la Constitution concernant l’égalité n’est pas une option. Il doit être respecté.
Joël Lonfat, bibliothécaire scientifique

Du 27 novembre 1958 au 29 janvier 1959, au travers de neuf articles, «Le Nouvelliste» se fait le relais de cette opposition en publiant une chronique signée de l’abbé Crettol, personnalité valaisanne de premier plan, professeur et recteur de l’Ecole d’agriculture de Châteauneuf, grand défenseur du patrimoine et des traditions valaisannes.

«La femme n’atteint la plénitude qu’après son troisième enfant»

Intitulée «La femme dans la famille et dans la société», cette chronique témoigne «d’une vision absolument conservatrice du rôle de la femme», souligne Joël Lonfat. Pour preuve, dans le texte paru le 12 décembre 1958: «La femme n’est ce qu’elle est qu’en vue de la procréation», écrit l’abbé Crettol. L’homme cite plusieurs médecins et philosophes et tous se rejoignent sur ce point. Pour l’un: «La femme tout entière n’est organisée qu’en fin de grossesse. La non-reproduction ou l’insuffisance de reproduction vicie tout son métabolisme. La grossesse, c’est l’épanouissement de la femme.» Pour un autre: «La femme n’atteint la plénitude de sa force et de sa beauté qu’après le troisième enfant.» En résumé, pour en citer un dernier: «La grossesse est le point de départ chez la femme.»

A lire aussi : Les coups d’essais, coups d’éclat et coups d’État du suffrage féminin en Valais

Décrite comme davantage sensible et intuitive, la femme «raisonne moins et sent plus», souligne l’auteur. Ainsi, l’abbé Crettol écrit que «comme l’homme, la femme est une personne, avec toute la dignité de l’être humain, mais elle est une personne autrement que l’homme.» Et cette différence justifie son opposition au suffrage féminin. «Imposer à la femme la même vie qu’à l’homme, lui donner le même statut, c’est violer son droit qui est d’être autre.»

En parler, une nécessité

Le peuple suisse dira non en 1959. Les femmes attendront onze ans pour obtenir le droit de vote sur le plan cantonal en Valais, et une année de plus pour l’avoir sur le plan fédéral. Pour Joël Lonfat, revenir sur ce jubilé est une nécessité, car le combat n’est pas terminé. Le conférencier conclut: «L’article de la Constitution concernant l’égalité n’est pas une option. Il doit être respecté.»

 

Infos pratiques

Conférence de Joël Lonfat, à découvrir sur le Facebook de la Médiathèque Valais et sur la chaîne YouTube du Service de la culture, dès 20 heures ce lundi 4 mai. Plus d’informations sur www.mediatheque.ch


 


À lire aussi...

EgalitéValais: un appel à projets pour les 50 ans du vote des femmesValais: un appel à projets pour les 50 ans du vote des femmes

Suffrage féminin en ValaisVote des femmes: rencontre du 8 juin maintenueVote des femmes: rencontre du 8 juin maintenue

EgalitéLes 50 ans du suffrage féminin se fêtent en ligne en Valais à cause du coronavirusLes 50 ans du suffrage féminin se fêtent en ligne en Valais à cause du coronavirus

Changement50 ans du droit de vote des Valaisannes: «Epouse de» sur le courrier officiel… En voie de disparition50 ans du droit de vote des Valaisannes: «Epouse de» sur le courrier officiel… En voie de disparition

Récit50 ans du droit de vote des femmes: avocate, journaliste, médecin, elles exerçaient un métier «d’homme» mais ne pouvaient pas voter50 ans du droit de vote des femmes: avocate, journaliste, médecin, elles exerçaient un métier «d’homme» mais ne pouvaient pas voter

Top