Réservé aux abonnés

Fine parodie d'une gauche bordélique

12 déc. 2012, 00:01
data_art_1264962.jpg

Après "Le nom des gens" (2010), un film hilarant qui se foutait de "l'identité nationale", le cinéaste français Michel Leclerc fouille dans son expérience à Télé Bocal, une véritable chaîne associative parisienne, pour raconter un peu de son histoire et de celle d'allumés révolutionnaires plus ou moins décidés à en découdre avec le système.

A Paris, vers la fin des années 1990, avant internet, mais après le caméscope DV, le jeune Victor (Félix Moati) est engagé comme stagiaire chez HT1, la télé numéro un. En clair, il sert des cafés à une présentatrice-vedette attirante (Emmanuelle Béart) qui...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois