Etats-Unis: Led Zeppelin distingué par le centre Kennedy en présence d'Obama

Le groupe de rock Led Zeppelin a été distingué dimanche par le centre Kennedy pour sa contribution à la culture américaine.
03 déc. 2012, 07:20
President Barack Obama shakes hands with the 2012 Kennedy Center Honors recipients, from left, rock band Led Zeppelin singer Robert Plant, guitarist Jimmy Page, and keyboardist/bassist John Paul Jones, during a reception hosted by President Barack Obama and first lady Michelle Obama for the honorees in the East Room of the White House in Washington, Sunday, Dec. 2, 2012. While Led Zeppelin is being honored as a band, surviving members John Paul Jones, Jimmy Page, and Robert Plant, each received the Kennedy Center Honors. (AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

En présence de Barack Obama, le centre Kennedy a rendu hommage dimanche au groupe Led Zeppelin, légende du rock, pour sa contribution à la culture américaine. Le comédien Dustin Hoffman, l'animateur de télévision David Letterman, le bluesman Buddy Guy et la danseuse Natalia Makarova ont également été distingués.

"J'ai travaillé avec les auteurs des discours, mais il n'y pas de transition fluide possible entre le ballet et Led Zeppelin", a plaisanté le président des Etats-Unis lors de cette cérémonie à la Maison Blanche.

Amis, collègues et héritiers spirituels des artistes et des personnalités distinguées se sont succédé pour leur exprimer leur admiration.

Malgré les propos du président, les hommages se sont enchaînés avec fluidité pour louer la grâce de Natalia Makarova ou le timbre rocailleux de Buddy Guy, fils d'un ouvrier agricole qui a fabriqué lui-même sa première guitare.

George "Buddy" Guy, 76 ans, a été l'un des pionniers du blues de Chicago, qui a propulsé la guitare électrique sur le devant de la scène musicale. "Vous avez fait le lien entre nos racines et le rock'n roll", lui a déclaré le comédien Morgan Freeman.

Rock and roll attitude redéfinie

"Selon la formule immortelle de Buddy, le blues c'est quelque chose qu'on joue parce qu'on l'a. Et, quand on le joue, on le perd", avait déclaré la veille l'ancien président Bill Clinton lors d'une soirée de gala.

Après avoir traversé l'Atlantique, ce blues est revenu de Grande-Bretagne sous un jour tout à fait nouveau avec Led Zeppelin, groupe formé par Jimmy Page, "Guitar Hero" aujourd'hui âgé de 68 ans, le chanteur Robert Plant, de quatre ans son cadet, le bassiste John Paul Jones, 66 ans, et le batteur John Bonham, disparu en 1980.

Comme l'a noté Barack Obama, les rock-stars réputées pour leurs excès n'étaient pas forcément à leur aise en costume sombre et sous les ors de la Maison blanche.

"Bien sûr, ces gars-là ont redéfini la rock and roll attitude. C'est une bonne chose que nous ayons choisi une pièce dont les fenêtres font près de 10 cm d'épaisseur et cernée par le Secret Service", a-t-il ironisé.