Réservé aux abonnés

Tant va l'Amérique qu'à la fin elle se casse

07 août 2015, 14:18
data_art_2652150.jpg

En dix longs métrages, des chairs ensanglantées de "Seven" à la perversité informatique de "The Social Network", en passant par le lancement de la série amorale "House of Cards", David Fincher est devenu l'un des cinéastes américains les plus passionnants du moment, surtout après "Zodiac", un film étonnamment réflexif sur l'évaporation d'un tueur en série dans les années 60. Fort de son habileté descriptive à insuffler du sens, il réussit aujourd'hui un thriller noir qui oscille entre drame conjugal, satire des médias et polar de psychopathe.

Après la disparition de sa femme Amy, Nick se retr...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois