Réservé aux abonnés

Sur la Piazza Grande et alentours

A la tête du Festival de Locarno, Olivier Père propose une 65 e édition prometteuse, compromis entre nouvelles tendances, "pipeolisation" d'auteur et entretien de la mémoire.

30 juil. 2012, 00:01
data_art_983232.jpg

Mercredi soir débutera sur la Piazza Grande l'édition 2012 de l'un des rares grands festivals de cinéma à être resté complètement accessible au public. Proposé en ouverture, "The Sweeney", un polar musclé signé par le Britannique Nick Love, réussira sans doute à concurrencer les pétarades du 1 er août. Sous l'ère Père, le programme de la Piazza joue avec les genres. Cette édition ne fera pas exception, alternant comédie délurée ("Bachelorette" de l'Américaine Leslye Headland) et "gore" débridé ("Das Missen Massaker" de Michael Steiner), oeuvre engagée (le très attendu "No" du Chilien Riccar...