Quand ma télé fait des grimaces. La Drôle de semaine de Joël Jenzer

10 avr. 2020, 20:00
Joël Jenzer (à gauche), journaliste.

S’il y a bien un type qu’on n’attendait pas durant le confinement, c’est bien lui, Louis de Funès. D’habitude, il débarque entre Noël et Nouvel An, histoire de nous endormir après la dinde. En cette période où chacun est prié, voire forcé, de rester dans ses pénates, voilà le grimaçant Louis qui squatte les écrans presque chaque après-midi.

D’un point de vue télévisuel, cette présence a une explication logique: en résumé, les chaînes voient leur revenu publicitaire fondre, elles n’ont plus assez d’émissions maison en stock, alors elles ressortent les vieilleries pas chères, qui vont de surcroît distraire le téléspectateur.

Mais là où le Louis surprend son monde, c’est quand il se met à cartonner comme jamais. Chaque diffusion d’un de ses films rassemble des millions de personnes devant leur petit (ouais, plutôt leur XXL) écran.

Comme quoi les bonnes vieilles recettes de grand-mère sont souvent les meilleures et Louis de Funès est une espèce de génie intemporel de la comédie. Patientons donc en sa compagnie, avant de pouvoir repartir en grande vadrouille.

A lire aussi: Citroën s'apprête à relancer la Méhari, la voiture culte du "Gendarme de St-Tropez"


L’info solidaire
Dans la situation sanitaire hors normes que nous vivons, la rédaction du Nouvelliste se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise.
Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch