Publicités avec des corps "irréalistes" bannies du métro londonien

Une nouvelle réglementation s'appliquera dès le mois de juillet sur le réseau de Transport for London et entraînera l'interdiction des publicités jugées ''sexistes'' dans les bus, tramways, métros et trains londoniens.

14 juin 2016, 08:19
Cette nouvelle réglementation s'appliquera à quelque 12'000 publicités affichées chaque année.

Les publicités susceptibles de créer chez les utilisateurs des transports en commun de Londres des "problèmes de confiance en soi liés à leur corps" vont être interdites à partir du mois prochain. Ce marché publicitaire est l'un des plus rentables au monde.

Cette nouvelle réglementation s'appliquera à quelque 12'000 publicités affichées chaque année dans les bus, tramways, métros et trains qui circulent sur le réseau de Transport for London (TfL) géré par la mairie.

Le maire de Londres Sadiq Khan a défendu lundi ce choix. "En tant que père de deux adolescentes, je suis extrêmement préoccupé par ce genre de publicité qui peut rabaisser les gens, en particulier les femmes, et leur faire avoir honte de leur corps. Il est grand temps d'y mettre fin".

Votre corps est-il prêt pour la plage ?

En juillet 2015, le gendarme britannique de la publicité avait jugé qu'une campagne d'affichage dans le métro londonien qui vantait un régime protéiné en montrant une jeune femme en bikini, n'était pas offensante. Nombre d'usagers l'avaient cependant qualifiée de "sexiste".

"Votre corps est-il prêt pour la plage ?", interrogeait le slogan de cette publicité pour la marque Protein World en montrant une photographie aguicheuse du mannequin australien Renee Somerfield simplement vêtue d'un maillot de bain jaune.

Le marché publicitaire de TfL est l'un des plus rentables au monde avec un chiffre d'affaires attendu de 1,5 milliard de livres (2 milliards de francs) au cours des huit prochaines années, selon la mairie de Londres.