Réservé aux abonnés

On a lu le nouveau Joël Dicker pour vous

Ça y est, «La disparition de Stephanie Mailer» est en librairie! Et Joël Dicker a commencé sa tournée de promotion en Suisse romande. Mais est-ce bien nécessaire?
06 mars 2018, 00:01
DATA_ART_5207248

Après le succès international de «La vérité sur l’affaire Harry Quebert», après le délire médiatique du «Livre des Baltimore», après la série adaptée de son best-seller à découvrir au nouveau festival Canneseries (et plus tard sur TF1), Joël Dicker rempile avec une enquête policière. Les amateurs, et on me dit qu’ils sont nombreux – 3 millions d’exemplaires vendus pour «La vérité sur l’affaire Harry Quebert» – feraient mieux de se détourner de cet article, parce que c’est une vraie boucherie.

Ce n’est pas qu’on s’ennuie à la lecture des 640 pages de Joël Dicker. C’est vrai. On peut se distrair...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois