Réservé aux abonnés

"Etre sophistiqué et accessible à la fois"

Avec "Les feux d'artifice", Calogero replonge avec délices dans l'énergie très anglo-saxonne qui a nourri son talent de mélodiste depuis l'adolescence. Un disque fédérateur et lumineux.
07 août 2015, 14:19
data_art_2661577.jpg

En 2009, alors que l'industrie musicale commençait à sonder le marasme dans lequel est plongé le monde du disque, alors que la vague de cette "nouvelle chanson française" arrivait en fin de marée, Calogero publiait "L'embellie". Un titre qui conjurait le sort et offrait à l'un des plus fins mélodistes de la scène pop française un énorme succès. Depuis, le Grenoblois s'était presque fait discret, composant pour Florent Pagny, montant un projet de potes musiciens baptisé "Circus"... Peut-être pour se ressourcer en retrait des feux de la rampe, retrouver l'explosivité du rock et l'émerveillement ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois