Réservé aux abonnés

Aux sources du mal

Le regard sans complaisance de Michael Haneke fait une nouvelle fois merveille dans «Le ruban blanc», Palme d'or à Cannes.

20 oct. 2009, 05:01

«Je ne sais pas si l'histoire que je vais raconter est véridique. Je la connais en partie par ouï-dire. Mais je crois qu'elle peut éclairer quelques processus intervenus plus tard dans ce pays.» La voix-off du «Ruban blanc», une voix de vieillard, dévoile d'emblée l'ambition de Michael Haneke: raconter une histoire pour en évoquer une autre. Partir d'un lieu et d'une époque - un petit village d'Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale - et donner à lire à travers eux, comme da...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois