Réservé aux abonnés

Les rapports aux mots de Noëlle Revaz

La Valaisanne Noëlle Revaz publiait en 2002 «Rapport aux bêtes», le monologue d’une brute qui préfère ses bêtes à son épouse, où elle inventait la langue de son personnage, un paysan violent.

24 août 2020, 20:30
Dans «Rapport aux bêtes», Noëlle Revaz inventait la langue de son personnage, un paysan violent.

Paul surnomme sa fem­me Vulve, et l’on a presque tout dit. De son rapport avec sa femme, qu’il ne parvient pas à voir comme un être humain, comme il le dit lui-même. Il la bat, pour être sûr qu’elle fasse exactement ce qu’il veut, et il est dégoûté par les désirs qu’elle exprime.

Paul préfère encore lui «faire [son] histoire vite» pendant qu’elle dort. Ainsi il lui nie toute subjectivité et toute altérité. Il respecte ses bêtes, qui ne sont p...