Réservé aux abonnés

"Léa Seydoux prenait les devants"

Adèle Exarchopoulos est la révélation de "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche, Palme d'or à la puissance trois (réalisateur et interprètes) au dernier Festival de Cannes. Entretien.
09 oct. 2013, 00:01
data_art_1870139.jpg

Après "L'esquive" (2004), où il invitait Marivaux en banlieue, "La graine et le mulet" (2007), formidable fable sociale tournée dans le port de Sète, et "Vénus noire" (2010), "biopic" sidérant de la Vénus hottentote, le cinéaste franco-tunisien Abdellatif Kechiche livre un nouveau chef-d'oeuvre, porté par deux jeunes actrices. Rencontre avec l'une d'elles.

Adèle Exarchopoulos, qu'avez-vous fait avant "La vie d'Adèle"?

Mes parents ne sont pas du milieu du spectacle. J'ai fait du théâtre dès l'âge de 8 ans. A 12 ans, j'ai été recalée à un casting, sans que cela m'affecte beaucoup. Après avoir pa...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois