Le Mondial pose problème aux employeurs

Les fans de football auront envie de visionner les matchs et manqueront donc de sommeil lorsqu'ils se rendront au travail. Un problème que les employeurs devront gérer

05 juin 2014, 09:00
Des supporters espagnols et portugais regardent sur un ecran geant le match de demi-finale entre le Portugal et l'Espagne lors de l'Euro 2012 de football en Ukraine et en Pologne ce mercredi soir 27 juin 2012 a Vevey. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Les matchs de la Coupe du monde de football au Brésil, diffusés cette année durant la nuit en raison du décalage horaire, n'auront pas seulement des effets positifs sur les entreprises. Certains patrons devront gérer la fatigue ou prévoir des horaires plus flexibles pour leurs employés.

Cet été, la Coupe du monde de football provoquera des conditions particulières. Les fans auront envie de visionner les matchs et manqueront donc de sommeil lorsqu'ils se rendront au travail. Pour la plupart ce n'est pas tant un problème: ils se rendront un peu plus tard sur leur lieu de travail. C'est l'employeur qui devra gérer ces aléas.

Pour certains, le plus difficile sera le réveil. "Nous n'avons jamais eu de problème concernant les performances des employés lors de grands événements", explique Josiane Burkard, directrice des ressources humaines chez Victorinox.

Aménagements en Allemagne

En Allemagne par contre, les syndicats ont demandé des aménagements de travail et le patronat s'est dit prêt à faire un geste. Chose impensable en Suisse pour une entreprise telle que Victorinox.

D'autres firmes interrogées ont répondu que ce serait trop compliqué à mettre en place. Effectivement, les livraisons de marchandises, par exemple, ne peuvent pas être retardées en raison de la Coupe du monde.

"Les changements et les propositions sont bienvenus", estime Ewald Ackermann de l'Union syndicale suisse (USS). "Mais nous n'avons reçu aucune demande de syndicats allant dans ce sens." L'explication vient peut-être du fait que beaucoup de grandes entreprises proposent des modèles de temps de travail flexibles.

"Les règles de fonctionnement chez Nestlé sont flexibles et permettent aux employés de gérer leurs horaires de travail de manière individuelle", explique Philipp Aeschlimann, porte-parole du géant alimentaire. "Chacun pourra gérer la période de la Coupe du monde de football comme il le souhaite".

Mieux vaut tard que jamais

"Les matchs tardifs c'est encore mieux que ceux qui ont lieu durant la journée", explique Benno Estermann, porte-parole de Siemens Suisse. Chez Siemens, les employés enregistrent leur temps de travail dans un programme de saisie. "Si quelqu'un veut regarder un match de tennis pendant la journée, il prend le temps de le faire", poursuit Benno Estermann. Avec le Mondial les employés pourront venir travailler plus tard mais ils devront aussi terminer plus tard.

Dans les petits départements, de Siemens au moins une personne devra être présente durant le Mondial. Par contre, en ce qui concerne le service technique, c'est différent. "Si un client a une panne, les professionnels doivent pouvoir intervenir immédiatement", relève le porte-parole de Siemens.

Alcool dans le sang au réveil

Un autre problème potentiel est la consommation d'alcool. Le Bureau suisse de prévention des accidents (BPA) souligne que le taux d'alcoolémie ne peut pas être baissé artificiellement, même en buvant un café. Le taux baisse, par heure, d'environ 0,1 pour mille. Une personne qui boit le soir durant les matchs, risque d'avoir encore de l'alcool dans le sang au réveil.

L'ambiance de la Coupe du monde au Brésil n'échappera pas non plus aux employés qui ne vibrent pas à chaque but. Dans certaines cantines, le football sera mis à l'honneur dans les menus. SV Group, société de restauration d'entreprise, préparera des repas spécifiques et typiques à chaque pays qui jouera un match, le tout dans un décor adapté.

Enfin, la Coupe du monde donnera l'occasion de parier dans de nombreuses entreprises. Chez Siemens, par exemple, c'est un apprenti de 20 ans qui a créé le "toto" interne à l'entreprise dans le cadre de son examen final.