Réservé aux abonnés

Le grand roman de Polanski continue

27 nov. 2013, 00:01
data_art_1976562.jpg

Mû par l'ironie fine qui sied aux plus désespérés d'entre nous, de celle qui permet de survivre à tout, l'apatride Roman Polanski persiste à tourner des films narquois au pouvoir déstabilisateur sans égal.

Injustement ignoré à Cannes, "La Vénus à la fourrure" constitue pourtant dans ce registre une pure jubilation cinéphilique, qui va bien au-delà de "Carnages" (2011) dont la théâtralité féroce finissait par lasser un brin son spectateur.

Metteur en scène de théâtre narcissique mais de peu de talent, Thomas (Mathieu Amalric) auditionne des comédiennes pour jouer le rôle de Wanda dans une ad...