Le Béjart Ballet Lausanne jouera le "Sacre du printemps" à Noël

Le Béjart Ballet Lausanne (BBL) se produira au Théâtre de Beaulieu du 18 au 22 décembre prochains. Il reprend le "Sacre du printemps" d'Igor Stravinsky pour l'occasion.
24 oct. 2013, 10:35
Le Béjart Ballet Lausanne (BBL) reprend le "Sacre du printemps" d'Igor Stravinsky du 18 au 22 décembre au Théâtre de Beaulieu à Lausanne.

Le Béjart Ballet Lausanne (BBL) reprend le "Sacre du printemps" d’Igor Stravinsky du 18 au 22 décembre au Théâtre de Beaulieu à Lausanne. Le ballet sera accompagné d’"Anima blues", dernière chorégraphie de Gil Roman et du "Spectre de la rose", une création de Christophe Garcia, ancien danseur de la compagnie.

Après avoir choqué à sa création, en 1913, "Le Sacre du printemps" garde le même pouvoir de fascination. Devenue l’un des piliers de la musique du 20e siècle, la partition de Stravinsky a fait l’objet de diverses adaptations chorégraphiques, dont celle de Nijinsky (1913) et de Pina Bausch (1975), rappelle le BBL dans un communiqué.

Cet écho du réveil de la nature a inspiré à Béjart des mouvements novateurs lors de sa création en 1959. Les spasmes telluriques traversant les danseurs mettent en scène une animalité rare, dans cet hymne au renouveau, à l'union de la Femme et de l'Homme.

"Ça doit être simple et fort. Je prenais la vie et je la jetais sur scène", dira-t-il, évoquant cette pièce maîtresse de son répertoire.

Le "sacre du printemps" sera accompagné par la dernière création du directeur du BBL Gil Roman, "Anima blues". Une oeuvre dont le chorégraphe dit qu'elle lui a été inspirée tant par Audrey Hepburn que par les travaux du psychanalyste zurichois Carl Gustav Jung.

La soirée sera complétée par un troisième ballet, "Le Spectre de la rose" de Christophe Garcia. L'ancien danseur de la compagnie revisite ce grand succès des Ballets Russes de Diaghilev, qui met en scène une jeune fille hantée par le spectre de la rose qu’elle portait au bal, thème inspiré d'un poème de Théophile Gautier.