Réservé aux abonnés

La vocation du cinéma

En proclamant le palmarès du 63e festival dimanche, le jury de Tim Burton a défini avec force ce que le cinéma peut et doit apporter d'original dans un univers saturé d'images.
02 août 2015, 19:18

«Oncle Boonmee. Celui qui se souvient de ses vies antérieures» fait figure de Palme d'or manifeste. C'est d'abord la réponse modeste aux films surgonflés aux stéroïdes des effets numériques. Son jeune auteur, Apichatpong Weerasethakul, partage la conviction exprimée par le doyen Manoel de Oliveira dans l'autre grand film du festival («Angélica»): le cinéma est l'art qui nous rapproche parce qu'il dialogue avec les esprits. On papote sur Facebook avec les vivants, on communie au cinéma avec des fant&ocir...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois