Réservé aux abonnés

La vie est une longue route tranquille

Deux hommes, deux morts, deux deuils, deux errances. Fielleuse, drôle et folle chez Jean-Paul Dubois, incroyablement tranquille chez Christian Oster.

03 janv. 2012, 00:01
data_art_587227

Accompagnant sa fille avec laquelle il s'apprête à déjeuner, Paul Sneijder entre dans un ascenseur qui chute de vingt-huit étages. Il survit miraculeusement, mais pas sa fille Marie, et le pauvre homme ne se console pas de sa mort. L'accident agit comme un révélateur. Paul commence à vouer une haine mortelle à sa femme Anna et à leurs fils jumeaux parce qu'elle avait toujours refusé que ses enfants rencontrent Marie, née d'un premier mariage de Paul, et qu'eux n'avaient jamais cherché &ag...