La réplique de '"Hermione" goûte enfin à l'Atlantique

La réplique du trois-mâts l'"Hermione" a pris la mer dimanche en France après des années de travaux.

08 sept. 2014, 07:15
Après dix-sept ans d'un chantier titanesque, la réplique de "L'Hermione" a réussi dimanche son baptême dans les eaux de l'Atlantique.

Après dix-sept ans d'un chantier titanesque, "L'Hermione" a réussi dimanche son baptême dans les eaux de l'Atlantique. Cette réplique de la frégate sur laquelle le Français La Fayette rallia les insurgés américains en 1780 a été saluée par des dizaines de milliers de spectateurs.

Sorti dans la nuit de sa cale de construction pour rejoindre le port de commerce de Rochefort (en Charente-Maritime), le trois-mâts a pris la direction de l'île d'Aix, au large des côtes du département. La frégate a tiré maints coups de canons qui ont ravi les dizaines de milliers de personnes venues assister à l'aboutissement de ce chantier gigantesque.

La frégate a passé la nuit de dimanche à lundi au large de l'île d'Aix. Son équipage va désormais intensifier sa préparation au grand voyage à travers l'Atlantique par des semaines d'entraînement. Avant son retour à la mi-novembre à son port d'attache pour les derniers réglages et le départ historique, en avril 2015, sur les traces de La Fayette.

Des "hourras"

"En plus de l'aspect historique déterminant, c'est très impressionnant. On va continuer à suivre ses aventures", a dit un couple venu de Poitiers qui s'est dit "émerveillé".

Des dizaines de milliers de spectateurs s'étaient massés sur les rives pour admirer la frégate, accompagnée de 120 bateaux, dont une cinquantaine de vieux gréements. A son passage devant l'arsenal de Rochefort où elle a été construite, un coup de canon a été tiré, salué par des "hourras" des matelots.

Premier aboutissement

Ce n'est pas encore le grand départ pour les Etats-Unis sur les traces de Gilbert du Motier (1757-1834), marquis de La Fayette, prévu en avril 2015. Mais cette première sortie du trois-mâts au large de la Vendée est un premier aboutissement pour ce défi lancé en 1997 par quelques passionnés: reconstruire "L'Hermione" à l'identique, en faisant revivre l'arsenal et les métiers de l'époque.

"On nous a souvent dit que ça ne marcherait pas. Mais on a toujours dit qu'on allait traverser l'Atlantique et on va le faire", s'est enthousiasmé Benedict Donnelly, président de l'Association Hermione-Lafayette. Celle-ci compte aujourd'hui 8000 adhérents. Ce projet est d'un budget global de 25 millions d'euros (30 millions de francs).

Un navire-jumeau

En dix-sept ans, la construction du navire - 65 mètres de long et 47 mètres de haut - a mobilisé des artisans de plusieurs pays, ainsi que des dizaines de bénévoles. Les plans du navire ayant disparu, il a fallu rechercher ceux du navire-jumeau de "L'Hermione" et travailler sur la base des rares peintures de la frégate, coulée en 1793.

En 1780, il avait fallu 38 jours au marquis de La Fayette, âgé alors de 23 ans, pour traverser l'Atlantique. Il avait effectué ce voyage pour annoncer aux insurgés américains le soutien de la France contre les troupes de la Couronne britannique.