Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

"La fiction débridée et la réalité brute"

Doué d'un talent rare pour le collage poétique, le réalisateur portugais Miguel Gomes présente une trilogie passionnante, qui en fait l'un des plus grands cinéastes.

09 sept. 2015, 07:01
data_art_3366929.jpg

Comment raconter le présent du Portugal sans succomber à la sinistrose? Comment mélanger des témoignages de crise et des épisodes baroques inspirés des récits de Shéhérazade? "Les mille et une nuits" nous entraîne dans un voyage imprévisible et enthousiasmant, en trois films qui sortent à un mois d'intervalle, avec pour sous-titres "L'inquiet", "Le désolé" et "L'enchanté". Pour le réalisateur Miguel Gomes, il n'en fallait pas moins pour sonder l'état d'âme de son pays. Rencontre.

Dès l'ouverture, vous vous posez la question de la position à adopter par rapport aux gens que vous filmez...

Miguel Gomes: Ce projet était de prime abord un peu fou... Il fallait négocier avec des choses très opposées. Faire un portrait de la réalité portugaise dans un moment très délicat, du fait de la crise économique et sociale. Et en même temps fabriquer de la fiction "sauvage": de la fiction héritée de la tradition de la...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias