Réservé aux abonnés

L'espion qui gaffait

Série américaine de la fin des années 60, «Max la Menace» aligne les boulettes sur grand écran aussi.

12 sept. 2008, 14:48

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans... Dans ces années-là, quand les enfants sages avaient été sages, vraiment très sages, ils avaient le droit de regarder «Max la Menace» à la télé. Il n’était pas très futé, cet espion, mais qu’est-ce qu’il était drôle. 

Maxwell Smart travaille comme analyste dans une agence d’espionnage. Ce n’est pas ce dont il rêve, évidemment. Lui se verrait plutôt agent secret. L’occasion de r&...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois